Le Danois Jonas Vingegaard a remporté le Tour de France pour la deuxième fois, ce dimanche.
La 110e édition a été rythmée par son duel acharné avec le Slovène Tadej Pogacar.
Le traditionnel sprint sur les Champs-Élysées a été remporté par Jordi Meeus.

Et de deux pour Jonas Vingegaard. Le coureur danois de l'équipe Jumbo-Visma, déjà vainqueur en 2022, remporte la 110e édition du Tour de France, rythmée par son duel acharné avec Tadej Pogacar. La 21e et dernière étape de la Grande Boucle s'est terminée ce dimanche 23 juillet par son traditionnel sprint sur les Champs-Élysées, remporté par le Belge Jordi Meeus.

Avec 7 minutes et 29 secondes d'avance sur son dauphin Pogacar au départ de Saint-Quentin-en-Yvelines, plus large écart depuis 2014, la victoire au classement général était quasiment assurée pour Jonas Vingegaard. La manière autoritaire avec laquelle le leader de Jumbo-Visma a assommé le Tour 2023 tranche avec sa silhouette fluette et son caractère timide. 

À 26 ans, l'ancien employé sur un marché de poisson s'est affirmé, mis en confiance par sa victoire de l'an dernier. S'il reste un homme et un coureur foncièrement discret, le Danois a mis tout le monde d'accord sur le bitume, dans un Tour de France extrêmement dur, tant par le profil du parcours que par la vitesse avec laquelle le peloton l'a avalé.

Les deux premières semaines ont été aussi passionnantes que trompeuses. Dès la première étape à Bilbao, les deux favoris, Jonas Vingegaard et Tadej Pogacar, se sont engagés dans un bras de fer qui a été serré. Vingegaard a remporté la première manche à Marie-Blanque. Pogacar la deuxième à Cauterets-Cambasque, suivis de quelques matches nuls mémorables, dans le Puy-de-Dôme, dans le Grand Colombier ou à Morzine, entre deux champions qu'on appelait alors "les inséparables".

Une 110e édition écrasée par le Danois

Le 110e édition du Tour a finalement été écrasée par la toute-puissance du Danois. Épuisé après une préparation tronquée à cause de sa fracture au poignet fin avril, Pogacar a rendu les armes en deux temps. Lors du chrono de Combloux mardi. Puis le lendemain dans l'étape-reine vers Courchevel où le Slovène a connu une défaillance, résumée par ces quelques mots : "J'ai lâché, je suis mort".

L'intensité du duel a alors laissé place au temps du soupçon lorsque Vingegaard a dû répondre tous les jours à des questions concernant le dopage, ressurgies sans aucun élément tangible mais inévitables dans un sport longtemps gangréné par les affaires.

Son triomphe consacre la victoire d'une stratégie entièrement axée sur le Tour, avec de longs stages en altitude et le Critérium du Dauphiné comme unique tremplin, pendant que Pogacar ferraillait sur les fronts des classiques italiennes et belges.

Dimanche matin, Vingegaard a annoncé qu'il participerait aussi à la Vuelta fin août, pour tenter un doublé avec le Tour de France et le Tour d'Espagne, qui n'a plus été réalisé depuis Christopher Froome en 2017.


M.B AFP

Tout
TF1 Info