Le Tour de France femmes renaît : à quoi va ressembler la première édition ?

Yohan ROBLIN
Publié le 14 octobre 2021 à 15h49
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

RENOUVEAU - Disparue en 2009, la Grande Boucle version féminine va revivre. Le parcours de la première édition, qui se tiendra du 24 au 31 juillet 2022, dans la foulée du Tour de France messieurs, a été dévoilé jeudi 14 octobre. Huit étapes seront disputées, avec un départ donné au pied de la Tour Eiffel.

Douze ans qu'elles l'attendaient. Le Tour de France femmes sera de retour en 2022. Organisée en parallèle des messieurs de 1984 à 1989, puis sous diverses appellations jusqu'en 2009, avant d'être de disparaître, faute de financement, la Grande Boucle version féminine va renaître. Le 24 juillet prochain, le jour où les rescapés de l'épreuve masculine défileront sur les Champs-Élysées, les femmes enfourcheront leurs selles. Le tracé officiel de la course, nommée "Tour de France femmes avec Zwift", a été dévoilé, jeudi 14 octobre, depuis le palais des Congrès de Paris, en amont du tracé du Tour messieurs. 

Le Grand Départ de cette renaissance sera donné à Paris, au pied de la Tour Eiffel, pour une arrivée jugée, le 31 juillet, au sommet de la Planche des Belles Filles, dans les Vosges. Huit étapes, pour une distance totale de 1029 kilomètres, seront au menu de première édition. Les coureuses prendront la direction de l'Est de la France, au long de quatre étapes de plaine, deux autres au profil accidenté et deux journées de montagne. "Cette course par étape est un joyau que l'on doit chérir et faire perdurer", a affirmé sa nouvelle directrice Marion Rousse, ancienne reine du peloton et ex-championne de France.

Engagées dans l'une des 22 équipes de six coureuses, attendues au départ de cette première édition, les concurrentes verront du pays. Elles emprunteront les "chemins blancs", version française des Strade Bianche toscanes, à l'approche de Bar-sur-Aube, lors de la 4e étape. Symboliquement, elles grimperont aussi le Ballon d'Alsace, le point culminant de ce Grande Boucle féminine (1336m d'altitude), mais aussi le premier col escaladé par le Tour de France en 1905. Enfin, elles se disputeront le dernier maillot jaune en haut de la super Planche des Belles Filles, qui sera aussi une arrivée d'étape pour les messieurs.

Lire aussi

Une prime de victoire dix fois moins importante

La nouvelle épreuve sera dotée de 250.000 euros, dont 50.000 reviendront à la lauréate. Un montant certes supérieur aux courses d'une semaine chez les hommes (114.300 euros à Paris-Nice, dont 16.000 euros pour le premier), mais en deçà de ce que touche, à lui seul, le vainqueur du Tour masculin (500.000 euros). "Il faut savoir aussi que c'est un Tour de France qui dure trois semaines. Là, ça sera huit étapes donc, on peut comparer plus à des courses comme Paris-Nice ou le Critérium du Dauphiné", a nuancé Marion Rousse, au micro de franceinfo. "Je peux vous dire que c'est plus que sur le Dauphiné actuellement."

Dernièrement, en marge du premier Paris-Roubaix féminin, l'écart des primes allouées aux femmes et aux hommes avait fait polémique. L'Italien Sonny Colbrelli a empoché 30.000 euros pour sa victoire, 20 fois plus que l'Anglaise Lizzie Deignan, qui n'a touché que 1535 euros. "C'est vraiment une volonté de payer les femmes au même prix que les hommes le plus tôt possible", a fait savoir l'ex-championne cycliste, qui voit plus loin pour ce Tour de France femmes. "Une course de huit jours, c'est le bon format. On ne se met pas de barrières pour aller au-delà par la suite. Notre ambition est d'organiser une course pérenne."


Yohan ROBLIN

Tout
TF1 Info