Début juin, entre l’île d’If et Marseille, des centaines de nageurs se sont élancés sur plusieurs kilomètres dans la Méditerranée.
Objectif de cette course de loisir, aller au bout de soi-même.
Si le vent a perturbé l’organisation du week-end, les nageurs ont pu disputer l’épreuve phare.

Ils étaient 6 200 inscrits, représentants de cinquante nationalités, pour un programme initial de dix courses d’un à six kilomètres… Les chiffres de la 26e édition du Défi de Monte Cristo, entre le Château d’If et la plage du Prado de Marseille, sont forcément impressionnants. Le week-end du 31 mai plusieurs vagues de nageurs ont glissé pour plusieurs kilomètres dans les eaux douces de la mer Méditerranée.

Pour Dominique Lena, créateur et organisateur du défi, il s’agit d’une "aventure humaine, souvent le challenge d’une vie pour certains, une expérience sportive extraordinaire". Dépassement de soi, courage et détermination deviennent les principaux objectifs. Depuis sa création, en 1999, le défi fait office d’étape de Coupe de France de natation en eau libre. "Nous profitons de conditions optimales avec une eau agréable, même si parfois le mistral peut nous jouer des tours", décrit l’entrepreneur.

Bruno BARBIER

De belles victoires malgré le vent

Pour cette 26e édition, le vent tourbillonnant a en effet empêcher plusieurs nageurs de se défier. Résultat, les courses du vendredi et du samedi matin ont dû être annulées. Le vent a néanmoins molli samedi après-midi et la compétition a pu démarrer. À 14 h, le parcours du 3 500 mètres sans palmes s’est élancé depuis l’Île Degaby, dans un cadre naturel exceptionnel. Chez les hommes, Laurent Martineau l’a emporté avec un temps de 51 minutes et 55 secondes. Céline Raimbault l’a imité chez les femmes en 57 minutes et 32 secondes.

Le lendemain, plus de 600 nageurs ont plongé sans palmes depuis le Château d’If face au Vieux-Port de Marseille. Chez les hommes, le biélorusse Mikita Sharapau a raflé la victoire avec un chrono canon d’une heure, une minute et quarante-huit secondes. Chez les femmes, Noémie Durand glane la première place en une heure, douze minutes et cinq secondes.

Le 6K sans palmes a vu Nathan Barberis l’emporter avec un temps de 1 h 18. Chez les femmes, Chloé Sabatier a décroché la victoire en 1 h 27.

Forte de son succès, la course Défi de Monte Cristo reste le premier rassemblement d’eau libre d’Europe. Les 14 et 15 septembre prochains, elle se duplique entre l’île Verte et La Ciotat. "Nous avons d’autres histoires à raconter. Les nageurs traverseront également le bras de mer au cœur des calanques", se réjouit Dominique Lena.


Geoffrey LOPES

Tout
TF1 Info