Équipe de France : fin de partie pour la sélectionneuse des Bleues, Corinne Diacre, démise de ses fonctions

Publié le 9 mars 2023 à 12h56, mis à jour le 9 mars 2023 à 13h03

Source : JT 20h WE

Elle était sur la sellette depuis la fronde d'une partie de ses cadres, la voici sur la touche.
Corinne Diacre, sélectionneuse de l'équipe de France féminine depuis 2017, a été démise de ses fonctions ce jeudi par la Fédération.
À quatre mois et demi du Mondial, le poste est désormais vacant.

Le comité exécutif de la Fédération française de football (FFF) fait une nouvelle victime. Acculée depuis la fronde d'une partie des cadres des Bleues, Corinne Diacre n'est plus la sélectionneuse de l'équipe de France féminine, ont décidé ce jeudi 9 mars les dirigeants de la FFF. En poste depuis 2017 sans avoir remporté le moindre trophée majeur, l'ancienne coach de Clermont a été démise de ses fonctions, à quatre mois et demi de la Coupe du monde en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Les joueuses réclamaient "du nouveau"

Il faut dire que la crise était profonde. Encore plus depuis le départ de son fidèle soutien, Noël Le Graët, démissionnaire voilà neuf jours. Le 24 février dernier, Wendie Renard lance les hostilités : dans un message diffusé sur ses réseaux sociaux, la défenseuse aux 142 sélections annonce sa mise en retrait des Bleues, ne pouvant plus "cautionner le système actuel".

Elle est suivie dans la foulée par d'autres cadres tricolores, comme Griedge Mbock, Marie-Antoinette Katoto ou Kadidiatou Diani. "Les filles n'en peuvent plus", reconnaît cette dernière au micro de TF1, dans "Téléfoot". "Il est important d'avoir du nouveau. Nous avons poussé un cri d'alarme."

Qui pour lui succéder ?

Poussée dans ses retranchements, Corinne Diacre a bien tenté de résister. Dans un communiqué transmis à l'AFP mercredi, elle assurait vouloir honorer son contrat jusqu'en 2024. Malgré le "déchaînement médiatique honteux de ces derniers jours", écrivait-elle, "je suis pleinement déterminée à mener ma mission à bien", indiquant avoir "enduré, non sans ressentir une grande souffrance, l'étalage des calomnies, des contrevérités et des ambitions des uns et des autres".

Mais les dirigeants de la FFF en ont décidé autrement. Pour prendre leur décision, ils ont monté une commission spéciale, composée de Jean-Michel Aulas, Laura Georges, Aline Riera et Marc Keller. Réuni depuis 9h30 au siège de la Fédération, le "Comex" a acté la fin de l'aventure de Corinne Diacre à la tête des Bleues. "Les nombreuses auditions menées ont permis d'établir le constat d'une fracture très importante avec des joueuses cadres et mis en lumière un décalage avec les exigences du très haut niveau", indique la FFF dans un communiqué. "Cette fracture a atteint un point de non-retour qui nuit aux intérêts de la sélection."

"Si la FFF reconnaît l'implication et le sérieux de Corinne Diacre et son staff dans l'exercice de leur mission, il apparaît que les dysfonctionnements constatés semblent, dans ce contexte, irréversibles", poursuivent les dirigeants. "Au regard de ces éléments, il a été décidé de mettre un terme à la mission de Corinne Diacre à la tête de l'équipe de France féminine."

Une page se referme, au moment où un nouveau chantier, tout aussi urgent, s'ouvre : qui pour prendre en charge la sélection tricolore, au potentiel reconnu, mais aux résultats contrastés dans les grandes compétitions ? Avant le Mondial cet été, puis les Jeux olympiques un an plus tard sur le sol français, le temps est compté. Les candidats au poste vont être "auditionnés dans les plus brefs délais" par la commission spéciale, précise la FFF. Philippe Diallo, son président par intérim, devrait alors suivre "les recommandations".


Idèr NABILI

Tout
TF1 Info