EQUIPE DE FRANCE – Désigné homme du match France-Islande (5-2) par l’UEFA et auteur d’un doublé qui lui a valu une vibrante ovation du Stade de France, Olivier Giroud transpirait la confiance, ce lundi, en conférence de presse à Clairefontaine. Au point d’avoir affronté sans ciller les sujets qui fâchent.

Si les souris dansent sur le front de l’attaque des Bleus, est-ce parce que le chat n’est pas là ? La question méritait d’être posée. Et elle a été soumise à Olivier Giroud ce lundi, dans un auditorium de Clairefontaine qui sonnait creux, au lendemain d’un France-Islande (5-2) qui a fait se coucher très tard nombre de suiveurs… Auteur, durant ce quart de finale, d’un doublé faisant de lui le 2e meilleur buteur de l’Euro 2016 (trois réalisations), l’attaquant d’Arsenal a eu droit à une longue et puissante ovation du Stade de France au moment de son remplacement par André-Pierre Gignac à la 60e minute du match. Une démonstration d’affection qui tranche avec les sifflets qui pleuvaient sur lui durant la préparation. Le fait qu’on ne parle plus aujourd’hui de Karim Benzema est-il sa plus belle victoire ?

En entendant cette question osée, le Gunner ne s’est pas démonté, comme s’il l'avait attendue. "Non, non… Je vous avouerai que je n’y pense pas. Je suis pleinement concentré sur l’objectif de l’équipe. Je n’en fais pas un cas personnel. Karim fait partie de l’équipe de France. Il sera amené à revenir. Je n’ai aucun souci avec lui et je ne veux pas qu’il y ait encore une fois des incompréhensions, des sous-entendus, des phrases prises hors contexte. Je n’ai donc rien de spécial à dire par rapport à ça. Je prends du plaisir dans la compétition. Et j’essaye simplement d’atteindre notre objectif", a-t-il rétorqué, sans insulter l’avenir, donc, mais sans faire non plus offense au présent, qui se déroule sans l’attaquant star du Real Madrid.

A LIRE AUSSI >> Euro 2016 : Olivier Giroud n’oublie pas les "médisants" et ses "détracteurs"

Dans les faits, en l’absence de ce dernier, Olivier Giroud occupe la 2e place du classement des buteurs du tournoi, à égalité avec Dimitri Payet, sur les talons du meilleur réalisateur Antoine Griezmann (quatre pions). "Les statistiques parlent d’elles-mêmes, a dit le n°9 des Bleus à ce sujet. On a beaucoup d’efficacité aujourd’hui sur le plan offensif. On a envie de continuer dans ce sens-là. C’est un projet collectif, une animation offensive. C’est aussi dû à un travail supplémentaire des latéraux pour centrer, et à des milieux qui récupèrent le ballon plus haut. Nous trois, devant, on est contents de pouvoir bénéficier de ce travail. Après oui, il y a une certaine alchimie entre nous. On ne pas dire le contraire, ça marche bien."

Un journaliste a ensuite pointé une autre statistique : durant France-Islande, Olivier Giroud a été le joueur qui a réussi... le plus de tacles ! "J’en ai fait trois, précisément (en fait quatre, ndlr)", a-t-il immédiatement réagi, preuve qu’il est attentif à son rendement et ce qu'on en dit. Avant d’ajouter : "C’est important parce qu’un attaquant doit être le premier défenseur et se replacer vite dans le bloc. On l’a plutôt bien fait avec ‘Griezi’, en empêchant le milieu adverse de développer son jeu. On a été efficaces de ce point de vue-là. Personnellement, je prends beaucoup de plaisir à défendre et à gratter des ballons pour aider les milieux à en récupérer." Contrairement à ? Décidément, les absents ont toujours tort. 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info