Les Bleus éliminés de l'Euro

Darius Rochebin sur la victoire de la Suisse : "Français, laissez-nous quelques semaines sur notre nuage"

Propos recueillis par E.B
Publié le 29 juin 2021 à 14h40
Darius Rochebin sur la victoire de la Suisse : "Français, laissez-nous quelques semaines sur notre nuage"

INTERVIEW - Figure du paysage audiovisuel helvète, le plus "suisse" des journalistes revient pour nous sur la victoire remportée lundi soir à Bucarest par la Nati, avant de présenter le "20H de Darius Rochebin" sur LCI.

Darius, vous allez marcher sur des œufs ce soir à l'antenne… 

Oh j’espère qu'ils pardonneront ce match au petit Suisse exilé ! Mais c’est vrai que je me suis fait beaucoup chambrer depuis quelques heures. C’est toujours bon enfant, et ça reste sur le ton de la plaisanterie. N’empêche, les choses se sont inversées en une nuit. Hier après-midi, les collègues vannaient plutôt dans le genre compatissant : "Alors, pas trop stressé…?"

 

Avec cette victoire, c’en est fini des complexes vis-à-vis de la France ? 

C’est un beau moment d’exultation ! Et de fierté, bien sûr. Mais nos rapports resteront aimablement aigres-doux. C’est normal entre voisins. Les Suisses aiment bien rappeler, par exemple, qu’ils ont de meilleurs résultats économiques que les Français. Mais en football, on n’osait pas croire à une telle victoire  ! Français, laissez-nous quelques semaines sur notre nuage, ça ne fait pas de mal. 

Certains Suisses soutiennent toujours toute équipe plutôt que l’équipe de France

Darius Rochebin

Nos expatriés français, qui vivent dans le Canton de Vaud par exemple, vont avoir, eux aussi, la vie dure…  

Là encore, ça restera bon enfant. Les taquineries ont toujours existé. Je me rappelle, dans mon enfance déjà, l’imitation de l’accent français, certains Français disant "la Frâââânce" avec un peu trop d’emphase au goût des Suisses. Et en sens inverse, l’imitation de l’accent suisse est un classique, qui agace toujours un peu, forcément.             

 

Bon, vous avez un peu vengé les cousins belges, qui n'ont toujours pas digéré la défaite lors de la Coupe du monde 2018… 

Il y a un petit cousinage, c’est vrai. Certains Suisses soutiennent toujours toute équipe plutôt que l’équipe de France, mais ça reste du jeu. Les Suisses connaissent les joueurs français, la politique française, la culture française, c’est l’éternel "Je t’aime moi non plus". Et ça reste dans le sourire. J’ai interviewé Mbappé il y a trois ans, je l’ai trouvé brillantissime. Il citait l’exemple de Federer, mais pas encore les footballeurs suisses. Tout cela va nous rapprocher !


Propos recueillis par E.B

Tout
TF1 Info