France-Suisse : le casse-tête de Deschamps pour concocter la défense des Bleus

Publié le 28 juin 2021 à 15h15, mis à jour le 28 juin 2021 à 15h23
France-Suisse : le casse-tête de Deschamps pour concocter la défense des Bleus

TENDANCE - Face aux pépins physiques à gauche et à la demande des joueurs, Didier Deschamps pourrait mettre en place une défense à trois contre la Suisse, lundi 28 juin. Clément Lenglet pourrait débuter dans ce nouveau système.

Une révolution tactique, faute de mieux à gauche ? Après avoir misé sur un 4-4-2 en losange, modulable en 4-3-3, contre l'Allemagne (1-0) et la Hongrie (1-1), puis un 4-3-1-2 face au Portugal (2-2), Didier Deschamps s'apprête à changer, encore une fois, de formule. Confronté à une pénurie au poste d'arrière gauche, même si Lucas Hernandez (genou) semble en voie de rémission, le sélectionneur tricolore envisage d'aligner une défense à trois, dans un système en 3-4-1-2, évolutif en 5-3-2, pour affronter la Suisse en huitième de finale de l'Euro, lundi 28 juin (à 21h, en direct sur TF1 et en live commenté sur LCI.fr).

Samedi 26 juin, à deux jours du match contre la Nati, "DD" a profité de la mise en place tactique, au Arcul de Triumf, l'habituelle stade de l'équipe nationale de rugby, pour travailler une défense avec trois axiaux (Raphaël Varane, Clément Lenglet et Presnel Kimpembe). Adrien Rabiot, qui a dépanné au pied levé dans le couloir contre le Portugal, évoluait comme piston gauche, tandis que Benjamin Pavard, mis au repos lors du dernier match de poules, occupait le flanc droit. 

Présent en conférence de presse d'avant-match dimanche, le sélectionneur tricolore a joué la carte du suspense. "C'est une option, qui peut être prise ou pas", a-t-il déclaré, énigmatique. "Le choix que je fais, c'est pour être le plus dangereux possible pour l'adversaire", a-t-il complété.

Cette configuration, jamais utilisée par les Bleus dans cet Euro, a été poussée par les joueurs, qui en ont fait part à leur sélectionneur. "Le coach est ouvert à ce genre de discussions", a confirmé Raphaël Varane, dimanche 27 juin, au micro de Téléfoot. "Il aime bien avoir le retour des joueurs. Il n'hésite pas à discuter individuellement avec chacun pour qu'on se sente confortable. Il a besoin du ressenti des joueurs et qu'on soit le plus à l'aise le jour du match. C'est le genre de discussions qu'on peut avoir", a ajouté le vice-capitaine de l'équipe de France, interrogé depuis l'hôtel des champions du monde à Bucarest.

Les Bleus ont déjà joué avec trois axiaux

Un passage à trois axiaux ne serait pas sans conséquence pour les joueurs, habitués à jouer à quatre derrière. "On a moins d'habitudes", a reconnu Presnel Kimpembe, l'autre membre de l'habituelle charnière tricolore, également invité à s'exprimer dans l'émission de TF1. "C'est une question d'adaptation", assure toutefois Raphaël Varane. "On a des joueurs complémentaires, avec beaucoup de qualités. C'est beaucoup de communication et de repères sur le terrain. On sait qu'on peut jouer dans différents systèmes. On a déjà joué à trois défenseurs. C'est une possibilité que l'on a. Avec notre effectif, on a beaucoup de possibilités."

Jouer à trois défenseurs ne serait pas une première sous Didier Deschamps. Rien que cette saison, l'équipe de France a déjà évolué deux fois dans ce schéma tactique avec deux victoires à la clé : le 5 septembre 2020, en Suède (0-1), avec la triplette Upamecano-Varane-Kimpembe, trois jours plus tard, contre la Croatie (4-2), avec le trio Upamecano, Lenglet et Hernandez. "DD" reproduira-t-il l'expérience face à la Suisse ? L'ultime séance, dimanche, lui permettra de faire son choix.

Le onze de départ probable de l'équipe de France : Lloris (capitaine) - Varane, Lenglet, Kimpembe - Pavard, Pogba, Kanté, Rabiot - Griezmann, Benzema, Mbappé.

Suivez toute l'actualité de l'Euro et des Bleus sur notre live permanent.


Yohan ROBLIN

Tout
TF1 Info