Fiasco au stade de France : un rapport gouvernemental déplore un "grave préjudice à l’image de la France"

L.C.
Publié le 10 juin 2022 à 16h39

Source : JT 13h Semaine

Un rapport gouvernemental sur les incidents aux abords du Stade de France, à Paris, a été remis, ce vendredi 10 juin, à la Première ministre Elisabeth Borne.
Le document conclut à un enchainement de "défaillances".
Il formule également des axes de recommandation.

Éteindre coûte que coûte la polémique. Douze jours après le fiasco du Stade de France, un premier rapport gouvernemental a été remis, ce vendredi 10 juin, à Matignon sur l'organisation de la rencontre entre les "Reds" et les Madrilènes. Le document d'une trentaine de pages, et commandé par Elisabeth Borne, met en avant un enchaînement de "défaillances", évoquant une "embolie" et une "rupture" du dispositif de contrôle et de sécurité en Seine-Saint-Denis.

Des "problèmes d’exécution"

Alors, à qui la faute ? En revenant sur la préparation et le déroulé de la soirée du 28 mai, le rapport répartit les responsabilités de chacun, sans accabler l’un ou l’autre des acteurs. Selon son auteur, le délégué interministériel aux Jeux Olympiques et Paralympiques et aux grands évènements, Michel Cadot, l'élément déclencheur reste toutefois l'"afflux mal maitrisé du public excédentaire, sans billets ou avec des faux billets, dans des proportions inédites". Mais il appelle à "relativiser" la version du ministère de l'Intérieur qui avait fustigé dans un premier temps les 30.000 à 40.000 Anglais sans tickets valides.

Des chiffres sans doute trop élevés, nuance le délégué, qui pointe aussi des arrivées mal "signalisées" des supporters, combinée à une "délinquance d'opportunité". Le document déplore également des "problèmes d'exécution" dans le dispositif du maintien de l'ordre et affirme que les organisateurs et la police, en nombre ce soir-là, ont subi "la situation de crise". Ici, Michel Cadot fait notamment allusion au manque "d'agilité" de ces derniers alors que la situation devenait de plus en plus problématique.

Stade de France : qui est responsable des défaillances ?Source : JT 20h WE

Ces difficultés d'encadrement ont porté un "grave préjudice à l'image de la France", poursuit le délégué qui regrette les "interrogations de la part d'observateurs extérieurs sur la capacité de notre pays à livrer et à réussir les grands événements sportifs dont nous aurons prochainement la responsabilité". La France doit en effet bientôt accueillir la Coupe du monde de rugby en 2023 et les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024

Sur une note plus positive, le document rappelle que 97 % des spectateurs ont pu assister au match et que les fans zones installées hors de l'enceinte n'ont posé aucun problème de trouble à l'ordre public. 

À l'avenir, le rapport conseille toutefois la mise en place d'une instance de pilotage nationale pour des événements sportifs internationaux d'intérêt majeur. La Première ministre "a chargé le ministre de l'Intérieur et la ministre des Sports de mettre en œuvre sans délai les recommandations de ce rapport", a fait savoir Matignon dans un communiqué.


L.C.

Tout
TF1 Info