Chaos au Stade de France : après le fiasco, le temps des explications... et des enquêtes

Finale de la Ligue des champions : au Royaume-Uni, la colère après les incidents du Stade de France

M.G
Publié le 29 mai 2022 à 18h56
JT Perso

Source : JT 13h WE

Des scènes de chaos ont retardé le coup d'envoi de la finale de la Ligue des champions, samedi au stade de France.
Des centaines de supporters, dont des familles avec enfants, ont été impliqués, souvent contre leur gré.
Moins de 24 heures plus tard, la colère ne retombe pas côté britannique.

Entre colère froide et vive incompréhension. Au lendemain du court succès du Real Madrid contre Liverpool (0-1) en finale de la Ligue des champions, l'Angleterre s'est réveillée avec la gueule de bois. Au-delà de la défaite frustrante des Reds sur le terrain, la rencontre - dont le coup d'envoi a été repoussé de plus de 30 minutes - a été marquée par des scènes de chaos autour de l'enceinte dionysienne. L'UEFA et les autorités françaises ont rapidement mis ces événements sur le compte de milliers de spectateurs munis de tickets contrefaits. Une version rapidement contredite outre-Manche.

Dès samedi soir, de nombreux journalistes ou de supporters anglais sur place ont publié des témoignages accompagnés de photos et de vidéos, pointant du doigt une organisation déficiente et une attitude démesurément agressive des forces de l'ordre locales. "La seule agressivité que nous avons vue, elle venait de la police française, on avait presque l'impression qu'ils étaient venus en découdre", a fustigé un supporter du club de la Mersey, interrogé par Sky Sports à son retour. Il a également décrit des tentatives d'intrusion, mais aussi des agressions et des vols lors des longues minutes d'attentes à l'extérieur du stade. 

C'était "un vrai moment à la Hillsborough", ose même Andrew Whittle, au micro de Sky News, en référence à la catastrophe qui s'est déroulée dans le stade de Sheffield où une bousculade à l'occasion d'une demi-finale de Coupe d'Angleterre, en 1999, avait tué 97 personnes.

L'indignation du monde du sport

Au-delà des simples spectateurs, l'enchaînement des événements a suscité le courroux du monde britannique du sport. "Je ne suis pas sûr qu'il soit possible de plus mal organiser un événement, même en essayant. Absolument bordélique et dangereux", pointe l'ancien international anglais désormais présentateur TV, Gary Lineker sur Twitter. "Soulagé d'être sorti de là. Des contrôles de police juste après des passages très étroits et rendus encore plus serrés par la présence de fourgons", a, de son côté, souligné Simon Hughes de The Athletic.

Les supporters ne devraient pas avoir à vivre ce genre de scène

Liverpool FC

En parallèle, le club de Liverpool a immédiatement demandé l'ouverture d'une enquête "pour déterminer les causes de ces problèmes inacceptables". "Nous sommes extrêmement déçus des problèmes d'accès et des violations du périmètre de sécurité qu'ont subis les supporters de Liverpool. Les supporters ne devraient pas avoir à vivre ce genre de scène", se sont insurgés les Reds. Selon la direction, les officiers de la police britannique, déployés sur place comme observateurs et agents de liaison lors de tous les déplacements européens, ont indiqué que "l'immense majorité" des supporters anglais "se sont comportés d'une manière exemplaire, arrivant tôt aux tourniquets et faisant la queue" comme demandé. "À peu près" toutes les familles des joueurs se sont retrouvées prises dans la confusion, a ajouté le défenseur Andy Robertson.

La classe politique britannique demande des comptes

En plus haut lieu, la pilule de cette soirée est également mal passée. "Je sais que beaucoup ont passé un moment difficile et je soutiens l'appel du Liverpool FC pour des explications sur ce qui s'est passé avant le coup d'envoi", affirme la maire de Liverpool, Joanne Anderson. Le député de Liverpool ouest Ian Byrne, a lui, avoué avoir vécu "l'une des pires expériences de (sa) vie". "Sécurité horrible et organisation mettant des vies en danger", tance-t-il. "C'est préoccupant", a martelé le ministre chargé de l'Irlande du Nord, Brandon Lewis. "Nous devons en apprendre davantage sur ce qui s'est passé", a-t-il conclu, soulignant "l'approche très agressive" adoptée face aux supporters.

Lire aussi

Côté français, le ministère des Sports et des Jeux olympiques a annoncé, dimanche, la tenue d'une réunion lundi à 11h. L'objectif de cette table ronde est de "cerner les dysfonctionnements" et les problèmes d'accès de supporters, survenus samedi à Saint-Denis. Les organisateurs du match, la police et les autorités locales seront présents.


M.G

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info