Entre la CAN et la Coupe d'Asie, les clubs de Ligue 1 vont tirer la langue en janvier

Publié le 3 janvier 2024 à 15h26, mis à jour le 4 janvier 2024 à 13h54

Source : Sujet TF1 Info

De la mi-janvier à la mi-février, l'organisation conjointe de la Coupe d'Afrique des nations et de la Coupe d'Asie va impacter les pensionnaires du championnat de France.
Une grosse cinquantaine de joueurs - 52, rien que pour la CAN - vont déserter l'élite au cours des prochaines semaines, affectant plus ou moins leurs employeurs.
On fait le point sur la situation des clubs avant cette période charnière.

Tous les deux ans, la Ligue 1 se vide de ses talents africains. À l'occasion de la CAN 2024, qui se joue du 13 janvier au 11 février, en Côte d'Ivoire, les clubs français vont voir leurs effectifs être délestés, avec l'absence pour quelques semaines de pas moins d'une cinquantaine de joueurs (52). À ce casse-tête biennal s'ajoute le départ de six éléments qui vont participer en même temps à la Coupe d'Asie des nations. Initialement prévue l'été dernier, le tournoi asiatique, organisé au Qatar, a été reporté à la même période (12 janvier-10 février), la faute aux conditions climatiques dans l'Émirat. 

Ce timing ne va pas faciliter la gestion post-trêve hivernale pour les 18 formations de l'élite, qui comptent à la fois des joueurs africains et/ou asiatiques dans leurs rangs. Les équipes vont être impactées à des divers degrés, avec jusqu'à cinq matchs manqués en club pour les sélectionnés en fonction de leur parcours dans l'une des deux compétitions.

L'OM grande "victime" de la CAN 2024

À titre d'exemple, l'OM va être le club le plus touché. Sept de ses joueurs vont s'absenter durant la Coupe d'Afrique des nations : Ismaila Sarr, Pape Gueye et Ilman Ndiaye (Sénégal), Amine Harit et Azzedine Ounahi (Maroc), Chancel Mbemba (Congo) et Simon Ngapandouetnbu (Cameroun). Ces absences pourraient se révéler préjudiciables pour les Olympiens, à un moment où la saison phocéenne pourrait se jouer. Dans l'attente de renforts au mercato, Gennaro Gattuso pourra se consoler avec Pierre-Emerick Aubameyang et Geoffrey Kondogbia, le Gabon et la République centrafricaine n'étant pas qualifiés. 

Derrière Marseille, Lorient va aussi devoir libérer plusieurs de ses talents, principalement dans le secteur défensif. Les Merlus vont devoir composer sans cinq joueurs, que sont Gédéon Kalulu (RD Congo), Montassar Talbi (Tunisie), Darlin Yongwa (Cameroun), Formose Mendy (Sénégal) et Sirine Doucouré (Mali). Inquiétant alors qu'ils luttent pour le maintien (17es après 17 journées). Montpellier, 12e à 4 points du barragiste, Toulouse, n'est pas mieux loti avec cinq départs : Enzo Tchato (Cameroun), Issiaga Sylla (Guinée), Dimitry Bertaud (Congo), Falaye Sacko et Kiki Kouyaté (Mali). "Cette CAN, ils devraient la mettre l'été, comme tout le monde et personne ne serait emmerdé", s'agaçait déjà en juillet le coach héraultais, Michel Der Zakarian. Son groupe va aussi être amputé d'un autre de ses cadres, Mousa Al-Tamari, le "Messi jordanien", attendu au Qatar.

Ça va nous pénaliser
Will Still, entraîneur du Stade de Reims

Plusieurs autres clubs (Nantes, Toulouse, Monaco et Reims) vont perdre quatre éléments africains chacun. Mais, pour les Rémois, les joueurs convoqués à la CAN - Ibrahima Diakité (Guinée), Oumar Diakité (Côte d'Ivoire), Yunis Abdelhamid et Amir Richardson (Maroc) - vont s'ajouter à ceux appelés pour la Coupe d'Asie. En l'occurrence, il s'agit des Japonais Junya Ito et Keito Nakamura, deux cadres de l'équipe de Will Still. "La CAN et la Coupe d'Asie vont nous pénaliser parce qu'on va perdre pas mal de joueurs clés", regrettait récemment le coach rémois. Une situation à laquelle sera aussi confrontée l'ASM. Actuellement sur le podium de la Ligue 1, le club princier va devoir se passer de sa star nippone, Takumi Minamino. 

D'autres équipes s'en sortent mieux, à l'instar de Metz, Le Havre et Nice, qui vont voir trois joueurs quitter le bercail courant janvier. De même pour Lens, qui va laisser aussi filer Abdukodir Khusanov (Ouzbékistan) au Qatar.  D'autres s'en tirent encore beaucoup mieux. Lille, Clermont ou Lyon vont devoir se passer de deux éléments chacun. 

Mais les équipes les plus épargnées vont être Strasbourg, Rennes et Brest, concernées par un seul départ. Le PSG, actuel leader, n'est pas non plus à plaindre. Luis Enrique devra composer avec les absences d'Achraf Hakimi, à la CAN avec le Maroc, et de Kang-In Lee, qui jouera lui la Coupe d'Asie avec la Corée du Sud. Ce début d'année 2024 risque d'être plus compliqué à gérer pour certains que pour d'autres. 


Yohan ROBLIN

Tout
TF1 Info