Geste obscène, poupée de Mbappé... Emiliano Martinez, l'Argentin "le plus détesté" de France

Publié le 21 décembre 2022 à 13h34, mis à jour le 21 décembre 2022 à 13h50

Source : JT 20h Semaine

Le gardien argentin Emiliano Martinez multiplie les provocations depuis le sacre mondial de "l'Albiceleste", dimanche 18 décembre.
Dans son viseur, un joueur et pas n'importe lequel : Kylian Mbappé.
Portrait de celui que la France a appris à détester.

Il est en train de devenir l'Argentin "le plus détesté" de France. Bourreau des Bleus lors de la séance fatidique de tirs au but, remportée contre l'Argentine (3-3, 4-2 t.a.b), en finale de la Coupe du monde, Emiliano Martinez n'en finit plus d'exaspérer les supporters tricolores. En cause : son comportement de mauvais goût depuis le sacre de l'Albiceleste. Au moment de recevoir le "Gant d'Or", décernée au meilleur gardien du Mondial, il a réalisé un geste "indécent" et "obscène", sur l'estrade positionnée au centre du terrain, en posant le trophée sur ses parties intimes. Le tout sous le regard des officiels qataris. "Je l'ai fait parce que les Français m'ont hué. L'arrogance ne fonctionne pas avec moi", s'est-il justifié depuis, sans convaincre grand monde.

Outre cette provocation graveleuse, "Dibu" - son surnom - s'est fait remarquer pour son acharnement à l'encontre de Kylian Mbappé. Parmi les premiers à être venu le consoler sur la pelouse, sous les yeux du président Emmanuel Macron, le portier de 30 ans a montré un visage bien moins fair-play lors des célébrations dans le vestiaire argentin. Il a réclamé "une minute de silence" pour le numéro 10 français "qui est mort". Une attitude arrogante qui a choqué sur les réseaux sociaux.

La célébration à connotation sexuelle d'Emiliano MartinezSource : Football - Coupe du Monde de la FIFA 2022
Cette vidéo n'est plus disponible

Et, malheureusement, il a continué à s'entêter. Pendant l'immense parade en bus à impériale dans les rues de Buenos Aires, mardi 20 décembre, Emiliano Martinez s'est montré une nouvelle fois offensant. Il a salué les plus de quatre millions d'Argentins venus fêter les champions du monde, en s'affichant, au côté de Lionel Messi, avec une poupée à l'effigie du joueur du PSG. Des provocations acceptées, et même appréciées, par une partie de ses supporters, qui ont brûlé un cercueil en carton avec la tête de Mbappé, tandis que d'autres ont proféré des insultes, parfois racistes, visant nommément l'attaquant français.

À quoi pensait "Dibu" en agissant de la sorte ? Même si cela n'excuse en rien son comportement trivial, il semblerait qu'il n'ait jamais digéré la sortie piquante du Parisien, qui avait mis en doute le niveau du football sud-américain. "Le football n'est pas aussi avancé qu'en Europe", avait-il lâché, en mai dernier, au média brésilien TNT Sports. Ce à quoi Emiliano Martinez avait rétorqué, avec véhémence, à la veille de la finale : "Il", sans nommer Kylian Mbappé, "ne connaît pas assez le football". 

Je suis un battant, et je me suis battu toute ma vie
Emiliano Martinez, gardien de l'équipe d'Argentine

Cette posture injurieuse jette, quoi qu'il en soit, une ombre sur son Mondial. Et terni l'image d'un gamin d'origine modeste, que rien ne prédestinait à soulever la Coupe du monde un jour. "C'est difficile de ne pas penser aux difficultés que j'ai vécues avant d'arriver jusque-là", confiait-il, à 24 heures du match de sa vie. "Je suis un battant, et je me suis battu toute ma vie." 

Une carrière qui a mis du temps à décoller

Porteur d'espoir pour sa famille, le natif de Mar del Plata quitte ses proches, à l'âge de 12 ans, pour tenter sa chance au CA Independiente. En 2010, à seulement 17 ans, il traverse l'Atlantique pour s'engager avec Arsenal (39 matchs entre 2012 et 2020). Mais, là-bas, il a du mal à s'adapter. Il est prêté à six clubs différents... en l'espace de sept ans, avant de faire de son trou, d'abord chez les Gunners, en profitant de la blessure du titulaire Bernd Leno, puis à Aston Villa (91 match depuis 2020). 

Son histoire avec l'Albiceleste connaît la même trajectoire. Appelé en 2011 pour deux matchs amicaux, pour compléter le banc, Emiliano Martinez n'est plus convoqué pendant près d'une décennie. Ce n'est que le 3 juin 2021 qu'il honore enfin sa première sélection, lors d'un match comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2022 face au Chili (1-1). 

Quelques jours plus tard, Lionel Scaloni le confirme à la Copa America. Dans la cage, il enchaîne les performances (quatre clean-sheets en sept matchs) et contribue au sacre de l'Argentine, le premier en 28 ans. Désigné "homme du match" de la demi-finale contre la Colombie (1-1, 3-2 t.a.b), le portier assoit sa réputation de spécialiste des tirs au but. À cette occasion, il se distingue aussi par ses provocations pour déstabiliser les tireurs. Un agitateur, déjà, devenu, depuis, sa propre caricature.


Yohan ROBLIN

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info