Déjà une heure de jeu en plus : pourquoi le temps additionnel s’envole à la Coupe du monde

Publié le 22 novembre 2022 à 12h31

Source : TF1 Info

En l’espace de quatre matchs seulement, les équipes engagées sont restées sur le terrain 57 minutes supplémentaires au total.
La palme revient à Angleterre-Iran avec près d’une demi-heure ajoutée à l’ensemble de la rencontre.
Des statistiques qui font tourner la tête mais que la Fifa explique très facilement.

Rarement le jeu se sera autant étiré. Depuis le début de la Coupe du monde au Qatar, les yeux des spectateurs ont eu de quoi s’écarquiller face au panneau du quatrième arbitre chargé d’annoncer le temps additionnel. Car après quatre matchs seulement, ils ont pu assister à déjà près d’une heure de Mondial en plus. Un surprenant bonus de 57 minutes pour être précis. La rencontre d’ouverture entre le Qatar et l’Équateur semble presque faire figure d’ovni avec seulement 10 minutes de temps additionnel, 5 minutes à l’issue des deux périodes.

Le match nul entre Américains et Gallois (1-1) a hérité de 13 minutes de temps additionnel (4+9), la victoire des Pays-Bas face au Sénégal (2-0) de 10 minutes (2+8). Mais personne n’a fait mieux que la rencontre Angleterre-Iran (6-2) et ses 24 minutes officielles. La première période a affiché 14 minutes de plus au compteur, après un long arrêt de jeu dû à la blessure du gardien iranien. Quant à la seconde période, elle s’est allongée jusqu’à plus soif. 10 minutes d’abord, puis quelques minutes supplémentaires avec un penalty iranien inscrit à la 90e… +13 ! Le champion des stat' Opta confirme (dans un post sur Twitter) que la seule journée de mardi a enregistré les quatre périodes avec le plus de temps additionnel dans l'histoire de la Coupe du monde depuis 1966.

Il faut favoriser le football du spectacle
Gianluigi Collina

Non pas que l’on boude notre plaisir de voir un match ne pas prendre fin à l’issue du temps réglementaire. Mais on pense aussi aux organismes des joueurs, déjà mis à rude épreuve par la chaleur. L’explication de ces temps additionnels monstres a été donnée avant le début de la compétition au Qatar par le patron des arbitres de la Fifa. En conférence de presse, Gianluigi Collina a promis que le corps arbitral serait "très attentif" au temps de jeu effectif. "On veut éviter les matchs à 42, 43, 44 minutes de temps effectif. Donc les temps de remplacements, de penalty, de célébrations, de soins médicaux ou bien sûr de VAR, devront être compensés", a-t-il expliqué, cité par l'AFP et Marca.

"Nous avons demandé aux arbitres d’être rigoureux et d’ajouter ce qui est nécessaire pour compenser les pertes de temps. Ça fait quatre ans que nous commençons à nous habituer aux temps additionnels de six ou sept minutes. Il faut favoriser le football du spectacle, on ne peut pas se permettre la perte de temps", a insisté la légende italienne de l’arbitrage. Préparez donc vos calculettes car ce Mondial risque bien d’avoir une durée record sur les terrains.


Delphine DE FREITAS

Tout
TF1 Info