VIDÉO - "Inacceptable", "très pauvre", "une blague"... L’arbitrage du Mondial déchaîne les critiques

Publié le 11 décembre 2022 à 14h06
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : Football - Coupe du Monde de la FIFA 2022

Argentins, Portugais et Anglais s’en sont pris aux hommes en noir à l’issue de leurs quarts de finale respectifs.
"L'arbitre ne peut pas ne pas être à la hauteur", s’est emporté Lionel Messi au terme d’une qualification explosive aux tirs au but face aux Pays-Bas.
Il est le seul à s’être plaint après une victoire, de là à dire que les autres ont mal digéré la défaite…

Gareth Southgate n’a pas souhaité polémiquer. "C'est inutile que je rentre là-dedans. Je préfère parler de nos joueurs", a répondu le sélectionneur de l’Angleterre après son élimination aux portes des demi-finales face à la France. Outre-Manche pourtant, les décisions arbitrales ont alimenté les discussions toute la soirée samedi 10 décembre. "L’arbitre est une blague !", a tweeté l’ancien international Gary Neville. "Il était juste mauvais", a-t-il poursuivi à l’antenne de ITV. L’ex-pilote de Formule 1 britannique Damon Hill a parlé de "décisions contestables".

"Un de ces jours, juste une fois, peut-être que nous aurons une décision en notre faveur", a commenté l’ancien footballeur Gary Lineker. Sur le terrain face aux Bleus, Harry Maguire a lui dit "ne pas pouvoir expliquer la performance" du Brésilien Wilton Sampaio. "Il a pris un nombre incroyable de mauvaises décisions", a-t-il ajouté, qualifiant son arbitrage de "très pauvre". La faute notamment à un penalty non sifflé en faveur de l’Angleterre alors que la France venait d’ouvrir le score en première période. Sauf que la faute de Dayot Upamecano sur le capitaine des Three Lions Harry Kane a bien été commise en dehors de la surface de réparation, comme l’avait confirmé la VAR.

La colère des Portugais

Si vous trouviez que les Anglais étaient allés un peu loin dans leurs propos, attendez un peu d’entendre ceux qui vont suivre. Pepe, le capitaine du Portugal, s’est lui aussi attaqué à l’arbitrage après la défaite de la Seleção contre le Maroc (0-1). Très virulent contre l’Argentin Facundo Tello, il lui a reproché en direct à la télévision de ne pas leur avoir accordé assez de temps additionnel. "Il ne donne que huit minutes alors que nous n'avons pas joué, pas du tout, en seconde période. La seule équipe qui voulait jouer au football, c'était nous", a-t-il lâché auprès de la chaîne Sic Noticias.

"Le Maroc a toujours essayé d'arrêter notre jeu avec de petites fautes et l'arbitre ne donne pas de carton jaune, ne signale rien", a poursuivi le défenseur, âgé de 39 ans, se disant "très triste". Également très remonté, Bruno Fernandes estime que le match "aurait dû avoir 15 ou 20 minutes de temps additionnel" en seconde période. Les deux Portugais se sont aussi retrouvés sur un point précis : le choix d’un Argentin pour arbitrer ce quart entre la Seleção et les Lions de l’Atlas. "Je ne sais pas s’ils vont donner la Coupe à l’Argentine", a lancé le milieu de terrain avant que l’attaché de presse de la sélection n’essaie de l’arrêter.

On ne peut pas mettre un arbitre comme ça pour un match d'une telle envergure
Lionel Messi

"Je m’en moque, je vais dire ce que je pense et qu’ils aillent se faire voir", s’est-il énervé. "C’est très étrange que notre match ait eu un arbitre d’un pays toujours en lice et qu’il n’y ait eu aucun Portugais parce qu’ils ont le niveau pour la Ligue des champions, ils l’ont pour être ici. (...) Les arbitres d’aujourd’hui ne sont pas habitués à la C1. Ils ont clairement fait basculer le jeu contre nous", a-t-il conclu, estimant avoir été lésé d’un penalty avant la pause. "Je dois le dire, car c'est plus fort que moi. Il est inacceptable qu'un arbitre argentin arbitre notre match ici aujourd'hui, après ce qui s'est passé hier, et ce que Messi a dit", a renchéri Pepe. Car les remontrances contre les hommes noirs ont débuté la veille, lors d’une rencontre explosive entre l’Albiceleste et les Pays-Bas.

Pays-Bas - Argentine (1-2) : voir le carton jaune de Paredes et le départ de bagarre généraleSource : Football - Coupe du Monde de la FIFA 2022
Cette vidéo n'est plus disponible

Qualifiés aux tirs au but, les Argentins ont célébré leur victoire en rhabillant l'Espagnol Antonio Mateu Lahoz pour l’hiver. "On ne peut pas mettre un arbitre comme ça pour un match d'une telle envergure", s’est agacé Lionel Messi. "Je crois que la Fifa doit s'occuper de ça", a-t-il insisté, interrogé par beIN Sports au terme d'un match marqué par 16 cartons jaunes, un rouge et plusieurs débuts de bagarre. "L'arbitre ne peut pas ne pas être à la hauteur", a-t-il fustigé. Le portier argentin Emiliano Martinez avance, lui, que l’arbitre aurait voulu les éliminer "comme l’Espagne était dehors", sortie au tour précédent par le Maroc.

La sagesse des sélectionneurs

"Il est fou, arrogant. Tu lui dis quelque chose et il te parle mal. Il a ajouté dix minutes et a donné un coup franc aux Pays-Bas", a-t-il martelé. À l’image des Anglais, les paroles les plus sages sont venues du sélectionneur argentin. Lionel Scaloni "a préféré ne rien dire" sur l’arbitre espagnol "qu’il connaît" et avec qui "il a de bonnes relations". "Il a mon maillot du temps où je jouais à Majorque, il doit s’en rappeler car c’était l’un de ses premiers matches." De quoi éteindre l’incendie alors que l’Argentine et les Pays-Bas sont visés par une enquête de la Fifa pour les débordements pendant leur affrontement.

Le sélectionneur portugais aussi s’est montré plus réservé concernant l’arbitrage. "Il aurait pu siffler faute dans certaines situations, mais en général, ce n’est pas de sa faute si nous avons été éliminés. Nous aurions pu faire plus et nous ne l’avons pas fait. Nous ne devons pas en rendre l’arbitre responsable", a souligné Fernando Santos. Un fair-play que ses joueurs, forcément déçus par leur élimination, devraient prendre en exemple.


Delphine DE FREITAS

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info