La Coupe du monde 2022 sur TF1

Angleterre-France : le jour où Wembley a entonné une émouvante "Marseillaise"

par Delphine DE FREITAS
Publié le 5 décembre 2022 à 14h15
JT Perso

Source : TF1 Info

Quatre jours après les attentats de Paris en novembre 2015, les Three Lions recevaient les Bleus pour un match amical.
Le mythique stade londonien s’était figé le temps de l’hymne français, que les 75.000 spectateurs avaient repris d’une seule voix.
Une séquence rare que personne n’a oubliée, alors qu'Anglais et Français se retrouveront ce samedi en quarts de finale de la Coupe du monde.

Leur rivalité est ancestrale. Certains Anglais les surnomment les Frogs, les grenouilles. Les Français le leur rendent bien en les appelant parfois les Rosbifs. Mais le temps d’une soirée, toute cette animosité bon enfant s’est envolée. Le 17 novembre 2015, la sélection anglaise reçoit l’équipe de France dans son antre de Wembley pour un match amical sans grands enjeux. Quatre jours plus tôt, Paris était frappée par les pires attaques terroristes de son histoire. Du Stade de France aux terrasses de la capitale, en passant par la salle de spectacle du Bataclan, 130 personnes y ont perdu la vie.

2017, l'hommage de la France aux victimes de Manchester

En signe de solidarité avec le peuple français, Wembley s’illumine aux couleurs du drapeau bleu-blanc-rouge et affiche les mots "Liberté, égalité, fraternité" sur son entrée. Un tifo tricolore est déployé en tribunes, où a pris place le Premier ministre britannique de l’époque, David Cameron. Le prince William, accompagné des sélectionneurs Roy Hodgson et Didier Deschamps, dépose des gerbes de fleurs sur la pelouse avant les hymnes. Fait rare, le protocole d’avant-match est bouleversé et God save the Queen est interprété en premier.

En amont de la rencontre, la presse britannique imprime les paroles de "La Marseillaise" pour inciter les spectateurs présents à la chanter à l’unisson. Comble, Wembley fera encore mieux en affichant le texte sur ses écrans géants. L’hymne français sera joué le week-end suivant avant chacun des matches du championnat d’Angleterre. Les applaudissements sont nourris au stade ce soir-là, suivis d'une minute de silence. Exceptionnellement, l’intégralité des deux équipes sont réunies sur le terrain. Chaque joueur porte un brassard noir. Alors que Paul Pogba chante le regard levé vers le ciel, Lassana Diarra a les yeux rivés au sol. Sa cousine Asta Diakité a été tuée dans la fusillade rue Bichat. La sœur d’Antoine Griezmann, qui assistait au concert des Eagles of Death Metal au Bataclan, n’a, elle, pas été blessée. 

Lire aussi

Deux ans plus tard, c’est la France qui affichera la même solidarité envers l’Angleterre. Car quelques jours avant une nouvelle rencontre entre les deux équipes, l'horreur frappe le Royaume-Uni : le 22 mai 2017, 22 personnes dont des enfants meurent dans l'attentat-suicide terroriste islamiste lors d’un concert d’Ariana Grande. Puis le 3 juin, de nouvelles attaques, à Londres, cette fois, font huit morts.

Alors, le 13 juin 2017 au Stade France, les musiciens et le chœur de la Garde républicaine reprennent le tube d’Oasis, "Don't look back in anger" ("Ne regarde pas le passé avec colère"), devenue un hymne de résilience. 

Dans l'enceinte de Saint-Denis, un tifo aux couleurs du drapeau anglais, une croix rouge sur un fond blanc, habille les tribunes. Là encore, les 80.000 personnes présentes pour ce match amical se font silencieuses pendant une minute. La victoire de l’Angleterre (2-0) en 2015 puis celle de la France en 2017 (3-2) resteront anecdotiques dans cette série d'hommages fraternels.


Delphine DE FREITAS

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info