La Coupe du monde 2022 sur TF1

Déjà éliminé, l’Uruguay sera-t-il sanctionné pour les débordements après le match face au Ghana ?

par Delphine DE FREITAS
Publié le 3 décembre 2022 à 19h10
JT Perso

Source : TF1 Info

Au coup de sifflet de final vendredi, certains joueurs de la Céleste se sont précipités sur le corps arbitral.
Des vidéos montrent Gimenez donner un coup de coude sur la tête d'un officiel de la Fifa puis Cavani faire tomber l’écran de la VAR.
Selon le règlement, le premier pourrait écoper d’au moins 15 matches de suspension.

En cercle, la Corée du Sud a attendu pour exulter et célébrer sa qualification pour les huitièmes de finale. Car son sort dans la compétition dépendait du résultat entre l’Uruguay et le Ghana à quelques kilomètres de là. Malgré sa victoire 2-0, la Céleste a été éliminée dès la phase de poules de la Coupe du monde qatarie après avoir joué les huitièmes de finale lors des trois éditions précédentes. Un échec qu’ont eu du mal à digérer les hommes de Diego Alonso. En larmes sur le banc de touche où il a passé une partie de la seconde période, Luis Suarez a assuré sur Twitter être "fier d’être uruguayen même s’ils ne nous respectent pas".

Tu te demandes pourquoi ils s'en prennent toujours à l'Uruguay ?

Luis Suarez

En ligne de mire ? La Fifa et son arbitrage qui ont plongé les Uruguayens dans une colère noire dès le coup de sifflet final. À peine la rencontre terminée, une partie des joueurs s’est ruée sur l’arbitre de la rencontre Daniel Siebert pour tenter d’obtenir des explications. Edinson Cavani et Jose Maria Gimenez se sont approchés d’un peu trop près, récoltant chacun un carton jaune. "Bande de voleurs", s’est exclamé le second  face caméra entre deux insultes. "On demandait le penalty à Edi, parce que le défenseur lui coupe sa course, ensuite celui sur Darwin (Nunez) était aussi on ne peut plus clair...", a expliqué Luis Suarez interrogé par la chaîne Teledoce. 

"Ce ne sont pas des excuses, mais à chaque Coupe du monde, il y a des décisions incroyables sur des penaltys. La Fifa doit au moins essayer de s'expliquer mieux que cela. Je le répète, ce ne sont pas des excuses", s’est-il agacé avant de poursuivre sur son cas personnel. "À la fin du match, je voulais embrasser ma femme et mes enfants, et des gens de la FIFA sont intervenus pour me dire que je ne pouvais pas, alors que l'autre jour, un joueur français a fait la même chose... Tu te demandes pourquoi ils s'en prennent toujours à l'Uruguay ? On dirait que l'Uruguay devrait avoir un autre poids médiatique pour que je puisse embrasser mes enfants... Enfin, voilà ce qu'est la Fifa", a-t-il ajouté.

Le souvenir de la morsure de Suarez en 2014

Sauf que le coup de sang de ses coéquipiers pourrait leur coûter cher. Sur sa route aux vestiaires, Edinson Cavani s’en est pris à la télévision qui sert pour la VAR en la faisant tomber d’un coup de poing. Jose Maria Gimenez a lui donné un coup de coude à un officiel de la Fifa alors qu’il pourchassait l’arbitre. Le règlement de la Fifa précise qu’"en cas d’incorrection grave, des mesures disciplinaires peuvent être prises même si l’arbitre et ses assistants n’ont pas vu l’incident en question et n’ont donc pas pu le sanctionner". Dans le cas d’une agression (coup de poing, coup de coude, coup de tête…) envers un officiel, la sanction encourue est d’"au moins 15 matches ou d’une durée appropriée".

Lire aussi

"Lorsque la suspension est prononcée en nombre de matches, seuls les matches effectivement joués par l’équipe en question comptent dans l’exécution de la suspension", précise la Fifa qui n'a pas encore ouvert d'enquête sur les débordements en question. En cas d'éventuelle sanction, Gimenez devrait donc la purger uniquement dans le cadre de la sélection uruguayenne et non de son club, l’Atletico de Madrid. En 2014, Luis Suarez avait écopé de quatre mois de suspension de toutes activités footballistiques après avoir mordu un adversaire italien. Il avait manqué neuf matches avec la Céleste et neuf rencontres de Premier League. Il s’agissait alors de la plus grande sanction de l’histoire de la Coupe du monde.


Delphine DE FREITAS

Tout
TF1 Info