Malgré sa démission ce mardi, Noël Le Graët entend poursuivre la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, en justice.
D'après son avocat, il l'accuse notamment de "diffamation" sur le contenu du rapport d'audit.
L'ex-président de la FFF conteste une nouvelle fois toutes les accusations de harcèlement.

Noël Le Graët réplique. Désormais hors-jeu à la Fédération française de football (FFF) depuis sa démission ce mardi matin, le Guingampais veut poursuivre l'affaire devant les tribunaux. D'après son avocat Thierry Marembert, l'ex-patron du football français va demander en justice "l'annulation" du document en grande partie responsable de sa chute : le rapport d'audit diligenté par la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra. "Nous allons demander l'annulation de ce rapport qui a violé tous les principes d'impartialité, du contradictoire, devant les juges administratifs", explique son avocat sur France 5.

"Je vais contester le rapport", confirme Noël Le Graët dans les colonnes de L'Équipe. "Mes avocats vont le faire par toutes les voies juridiques qui leur sont offertes. Ils vont contester l'irrégularité de l'enquête administrative et demanderont l'annulation du rapport."

La ministre ? "Elle a été juge et partie"

Et Noël Le Graët ne veut pas s'arrêter là. Le néo-directeur du bureau de Paris de la Fifa compte bien "poursuivre en diffamation" la ministre des Sports, en première ligne depuis plusieurs mois dans ce dossier. "Nous allons la poursuivre en diffamation devant la Cour de justice de la République", affirme Thierry Marembert. Il l'accuse d'avoir "menti" sur le contenu du rapport d'audit.

"Je conteste le rapport et elle en fait évidemment partie", dénonce de son côté Noël Le Graët. "L'enquête a été menée à charge, en méconnaissance totale de mes droits et du principe de contradictoire. (La ministre) a été juge et partie et ça, ce n'est pas possible." Dans les colonnes de L'Équipe, l'ex-président de la FFF assure avoir eu très brièvement Amélie Oudéa-Castéra au téléphone lundi matin, avant d'échanger "longuement" avec Emmanuel Macron.

Noël Le Graët "surpris par toute cette cabale"

D'après les inspecteurs ayant rendu le rapport, "NLG" ne disposait "plus de la légitimité nécessaire pour administrer et représenter le football français", compte tenu notamment de son "comportement inapproprié [...] vis-à-vis des femmes". La justice s'est d'ailleurs déjà saisie de l'affaire, puisque l'ancien maire de Guingamp est visé depuis mi-janvier par une enquête préliminaire pour harcèlement moral et sexuel.

Ce que conteste fermement Noël Le Graët. "Je n'ai jamais harcelé personne, ni moralement, ni sexuellement", assure-t-il à L'Équipe. "Je suis surpris par toute cette cabale. Je ne sais pas qui est derrière, mais je finirai par le savoir. Je n'ai rien fait de mal et j'attends de voir les suites avec mes avocats. [...] Je suis très bien vu à la Fédération par beaucoup de salariées [...] Je le répète, je n'ai rien fait."

À 81 ans, Noël Le Graët ne semble donc pas avoir envie de s'effacer et contre-attaque. Rattrapé par les polémiques et les accusations de harcèlement moral et sexuel, Noël Le Graët a mis fin ce mardi à 11 années de règne à la tête du football français, un bilan terni ces derniers mois par de multiples polémiques. Philippe Diallo assure sa succession jusqu'au mois de juin, et l'élection du nouveau patron du football tricolore à la FFF.


Idèr NABILI

Tout
TF1 Info