Kylian Mbappé a été nommé, lundi 20 mars, capitaine des Bleus, en lieu et place d'Hugo Lloris, qui a pris sa retraite internationale.
Une information confirmée le lendemain par l'équipe de France.
Le sélectionneur tricolore Didier Deschamps a expliqué son choix dans une interview à Téléfoot, qui sera diffusée ce week-end sur TF1.

Didier Deschamps a choisi Kylian Mbappé. Sans capitaine depuis la retraite internationale d'Hugo Lloris et de son "suppléant" Raphaël Varane, le sélectionneur des Bleus a confié le brassard à son numéro 10. Un choix officialisé, mardi 21 mars, via un tweet de l'équipe de France. Après cette annonce, "DD" s'est justifié, pour la première fois, depuis Clairefontaine, où les vice-champions sont rassemblés en prévision des éliminatoires pour l'Euro 2024 contre les Pays-Bas et l'Irlande, les 24 et 27 mars (à 20h45, en direct sur TF1 et en live commenté sur TF1info). 

"Kylian Mbappé est le nouveau capitaine des Bleus. Antoine Griezmann est le vice-capitaine", a-t-il confirmé au micro de Téléfoot, dans un entretien qui sera diffusé, dimanche 26 mars, sur TF1. "Kylian réunit toutes les cases pour avoir cette responsabilité-là, de par ce qu'il fait et fera." Deschamps voit en lui "un élément fédérateur" sur le terrain comme dans la vie de groupe "entre les plus jeunes, les moins jeunes, voire les plus âgés." "C'est pour ça que j'ai fait ce choix-là, mais ce n'est pas au détriment d'Antoine, puisque Antoine aura aussi une responsabilité plus importante", a-t-il assuré. 

Ce n'est pas donner à Kylian et enlever à Antoine
Didier Deschamps, sélectionneur de l'équipe de France

"C'est naturel et logique que (Kylian Mbappé) soit capitaine, à partir du moment où lui le veut aussi", a poursuivi auprès de France 3 Didier Deschamps, jugeant que le joueur du PSG est en capacité de rassembler. "Il le faisait déjà. Il ne faut pas que le costume soit trop grand, il faut avoir les épaules pour le porter, mais il n'y a pas de souci de ce côté-là." 

En balance avec "Kyks" pour le capitanat, Antoine Griezmann doit finalement se contenter du statut de vice-capitaine. "Il savait très bien qu'il avait la possibilité de l'être, j'ai échangé avec lui, mais malgré tout ce n'est pas donner à Kylian et enlever à Antoine", a insisté le patron des Bleus. "Antoine, il a quelque chose en plus aussi, il a toujours été un joueur très important. Je lui ai toujours maintenu ma confiance même pendant des périodes beaucoup plus difficiles pour lui. Antoine, de par ce qu'il fait, est un fédérateur dans le sens moteur. Il l'était, et il le restera à l'avenir."


Yohan ROBLIN

Tout
TF1 Info