La Coupe du monde 2022 au Qatar

"La place n'est pas libre" : Deschamps prévient Zidane, candidat pour reprendre les Bleus

Yohan ROBLIN
Publié le 8 août 2022 à 9h05
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Dans trois mois, les Bleus défendront leur titre mondial au Qatar, avec Didier Deschamps à leur tête.
Le sélectionneur tricolore a clarifié son avenir proche, lundi 8 août, dans un entretien au "Parisien".
En fin de contrat après le Mondial, "DD" a répondu à l'intérêt assumé de "Zizou" pour son poste.

"La place n'est pas libre." À trois mois du coup d'envoi de la Coupe du monde 2022, qui se déroulera du 21 novembre au 18 décembre au Qatar, Didier Deschamps concentre "toute son énergie sur cet événement". En poste depuis dix ans, une longévité record pour un sélectionneur de l'équipe de France, "DD" ne sait toujours pas de quoi son avenir sera fait. Et ce, alors que son contrat prend fin après le Mondial et que le nom de Zinedine Zidane, candidat annoncé à sa succession, revient pour le remplacer, tant dans la presse que dans la bouche du président de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët. 

Dans un entretien fleuve au Parisien, lundi 8 août, le capitaine des champions du monde 98 a livré son état d'esprit. "Quand je me projette sur une compétition, je suis focalisé uniquement sur celle-ci. Sans me demander ce qui se passera après. Je n'ai pas d'onde négative. Toute mon énergie se concentre sur cet événement. J'ai cette capacité à me placer en immersion", a-t-il assuré. "J'ai toujours placé l’équipe de France au-dessus de moi, au-dessus de tout. Aujourd'hui, la place n'est pas libre puisque je l'occupe avec mon staff. Après, chacun a la liberté de dire ce qu'il veut et comme il le veut. Sur moi, ça n'a aucun impact." 

Je ne suis ni usé ni fatigué

Didier Deschamps

En revanche, pour l'actuel sélectionneur, tout le battage autour de son futur à la tête des Bleus peut en avoir sur son groupe, ce qu'il déplore. "L'intérêt, aujourd'hui, pour les joueurs et l'ensemble de la sélection, c'est d'être performant à la Coupe du monde. Tout ce qui peut aller à l'encontre de cet objectif commun n'est pas forcément une bonne chose", a-t-il expliqué, laissant transparaître une once d'agacement à propos des rumeurs faisant de "Zizou" son successeur désigné.

Lire aussi

D'autant que rien ne se passera avant le Mondial, puisque tout dépendra du parcours de l'équipe de France dans le Golfe. Avant chaque compétition, Noël Le Graët a pour principe de demander une demi-finale a minima à toutes ses sélections. S'il atteint l'objectif fixé par le président de la FFF, l'ancien entraîneur de l'AS Monaco et de l'Olympique de Marseille pourrait être reconduit à son poste, comme son homologue féminine Corinne Diacre, demi-finaliste du dernier Euro en Angleterre.

"Sincèrement, je ne me pose pas la question (d'une prolongation ou non, ndlr). Ce n'est pas l'actualité. On verra bien après le Mondial. Je n'ai jamais préparé une compétition en extrapolant sur son issue. Je suis tranquille. Serein", s'est-il contenté d'affirmer. "Je ne suis ni usé ni fatigué. Je suis un privilégié d'être sélectionneur des Bleus. Cette fonction représente tout ce que j’ai toujours recherché. Le top niveau. Je suis très content d'y être. Mon corps et ma tête ont besoin de ça."


Yohan ROBLIN

Tout
TF1 Info