Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Euro : 22.500 supporters admis à Wembley, 45.000 espérés pour les demies et la finale

Y.R
Publié le 8 avril 2021 à 22h05, mis à jour le 9 avril 2021 à 10h25
Le stade de Wembley accueillera 22.500 pour les matchs de poule de l'Euro.

Le stade de Wembley accueillera 22.500 pour les matchs de poule de l'Euro.

Source : IAN KINGTON / AFP

PUBLIC AUTORISÉ - Pour les matchs de poules de l'Angleterre, disputés dans le cadre de l'Euro, Wembley pourra accueillir jusqu'à 22500 fans. La Fédération anglaise (FA) ambitionne de faire grimper cette jauge à 45.000 spectateurs pour les demies et la finale du tournoi.

Les gradins de Wembley prendront vie pendant l'Euro. L'UEFA avait fixé au mercredi 7 avril la date limite aux villes hôtes, réparties dans douze pays d'Europe, pour préciser la jauge possible dans chaque stade au cours du tournoi. Alors que la crise sanitaire rend de telles projections incertaines, 10 des 12 villes organisatrices ont malgré tout joué le jeu. En Roumanie, Bucarest propose une jauge à 25% de l'Arena Nationala. En Italie, Rome ambitionne une ouverture à 30% du Stadio Olimpico. En Hongrie, Budapest voit plus grand. Les autorités locales, plutôt optimistes, pourrait présenter une jauge de 50%.

Selon The Times, la Fédération anglaise (FA) a, pour sa part, garanti à l'UEFA l'accueil de 22.5000 fans à Wembley, pour chacun des trois matches de groupe de l'Angleterre. "Le nombre de spectateurs sera plus du double du nombre autorisé par la feuille de route du gouvernement, mais les matchs au stade de Wembley auront un statut spécial en tant qu'épreuves tests", écrit le quotidien britannique. Pour les demi-finales et la finale de l'Euro que Londres accueillera, la FA n'a pas encore donné son plan.  L'idée serait de remplir à moitié l'enceinte londonienne, avec 45.000 spectateurs attendus, pour les 6, 7 et 11 juillet.

Les villes qui proposent un huis-clos prévenues

Si les feux semblent au vert à Londres, ce n'est pas le cas à Dublin et Bilbao. Dublin a reconnu ce mercredi ne pas savoir si les mesures anti-Covid permettront l'accueil de spectateurs à l'Aviva Stadium. La Fédération irlandaise (FAI) "n'est pas en mesure, à ce stade, de donner des assurances sur la présence d'un nombre minimal de spectateurs", a-t-elle écrit dans un communiqué. Une annonce qui met en péril la tenue des quatre rencontres prévues à Dublin (trois de phase de poules, un huitième de finale). À Bilbao, le dossier vire à la cacophonie. Alors que, selon la presse basque, le stade San Mamés pourrait accueillir jusqu'à 13.000 spectateurs si les indicateurs sanitaires respectent certains plafonds, la Fédération espagnole de football (RFEF) a publié un communiqué pour critiquer ces conditions des autorités basques, qu'elle juge "impossibles à atteindre".

Face à ces incertitudes, l'UEFA, qui a levé la limite de 30% de spectateurs dans les stades décidée en octobre dernier, a annoncé mercredi en fin de journée qu'elle accorderait un deuxième délai, "jusqu'au 28 avril" aux 12 villes-hôtes pour ajuster leurs scénarios sanitaires et relever le nombre de spectateurs prévus, a expliqué à l'AFP un porte-parole de l'instance. 

Souhaitant accueillir du public, le patron de l'UEFA Aleksander Ceferin avait affirmé en mars dans un entretien au journal croate Sportske Novosti que les matchs de l'Euro, reporté d'un an à cause du Covid, ne seraient "pas disputés devant des tribunes vides". "Si une ville venait à proposer un scénario à huis clos", avait prévenu l'instance européenne, les rencontres qui devaient s'y tenir "pourraient" être transférées "dans d'autres villes qui ont la capacité d'accueillir des spectateurs".

Vous aimez le sport ? Découvrez le podcast du "club Margotton" où les plus grands athlètes, se livrent au micro de Grégoire Margotton

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée !

Club Margotton, c'est un micro tendu vers l'excellence. Le récit de destins hors du commun. Ils ou elles ont enflammé des stades, repoussé leurs limites... Athlètes, entraîneurs, dirigeants, leurs parcours nous a fait vibrer et ils ont un peu changé nos vies. Ces femmes et ces hommes, pas comme les autres, se livrent au micro de Grégoire Margotton.


Y.R

Tout
TF1 Info