Euro 2022 : la Suède, cette équipe toujours placée, rarement gagnante

Publié le 26 juillet 2022 à 15h07
Euro 2022 : la Suède, cette équipe toujours placée, rarement gagnante

Habituée du dernier carré dans les grands tournois, la Suède a rendez-vous avec son histoire.
Hormis un titre à l'Euro 1984, les doubles vice-championnes olympiques collectionnent les places d'honneur.
Face à l'Angleterre, mardi 26 juillet (à 21h, à suivre sur TF1), le temps est venu de gravir les dernières marches.

C'est tout le paradoxe de la Suède. Toujours placée, rarement gagnante. Malgré un CV qui ferait pâlir d'envie n'importe quelle autre sélection, les Blågult n'arrivent pas à se défaire de l'étiquette d'éternelles outsiders qui leur colle à la peau. Depuis presque toujours, ces pionnières dans la pratique féminine du football collectionnent les deuxièmes et troisièmes places. Il suffit de voir leurs résultats sur les trois derniers tournois qu'elles ont disputés. Montées sur le podium de la dernière Coupe du monde, jouée en France, les Suédoises ont ramené deux médailles d'argent des Jeux olympiques de Rio puis de Tokyo. 

Souvent au rendez-vous du carré final, voire même en finale, des compétitions auxquelles elles prennent part, les coéquipières de l'inusable Caroline Seger (37 ans, 232 sélections, un record européen) ne parviennent cependant pas à gagner. À l'exception d'un unique titre, le premier Euro disputé en 1984 et remporté face à l'Angleterre (tiens donc), à une époque où trois victoires et une défaite en phase finale suffisaient pour soulever le trophée, la victoire finale se refuse constamment à elles.

La Suède peut aller au bout de cet Euro
Peter Gerhardsson, sélectionneur de l'équipe de Suède

De quoi laisser un goût d'inachevé, franchement amer, aux Scandinaves, qui courent après un titre depuis 38 ans. Autant dire une éternité pour ce pays, qui dénombre plus de 100.000 licenciées pour seulement 10 millions d'habitants. "J'en ai tellement marre de n'avoir qu'une put*** de médaille d'argent", avait pesté Kosovare Asllani, après la défaite contre le Canada (1-1, 3 tab à 2) en finale des derniers JO d'été, la deuxième de suite après le revers face à l'Allemagne (2-1), quatre ans plus tôt à Rio. 

Fatiguée de "se battre pour faire tout ce chemin et ne pas franchir la dernière marche", la Suède s'est fixée, dans cet Euro anglais, l'objectif d'aller enfin au bout. Quarts de finaliste aux Pays-Bas, il y a cinq ans, les Blågult ont déjà fait mieux en atteignant les demi-finales d'un championnat d'Europe pour la 9e fois en 11 participations. Face à l'Angleterre, mercredi 26 juillet (à 21h, en direct sur TF1 et en live commenté sur TF1info), les filles de Peter Gerhardsson, seul sélectionneur masculin encore en course, voudront faire un pas de plus vers leur rêve, à savoir "arriver au sommet et remporter l'or".

Ce ne sera pas chose facile contre les Lionesses, en quête, elles aussi, d'un titre majeur pour l'Angleterre, le premier depuis la Coupe du monde 1966 remporté par la bande à Bobby Charlton. Mais face à l'équipe de Sarina Wiegman, les Suédoises, qui disputent leur 25e tournoi majeur (7 Coupes du monde, 7 Jeux olympiques et 11 Euros), auront pour atout leur expérience. afin de ne pas revivre une nouvelle désillusion. "J'ai le sentiment que nous pouvons aller très loin", a assuré le sélectionneur scandinave, sûr de la force de son groupe. "Nous pouvons aller jusqu'au bout du championnat d'Europe, mais nous devons tout faire de manière impeccable et parfaite." De l'ambition, la Suède n'en manque pas. À elle, maintenant, de la concrétiser.


Yohan ROBLIN

Tout
TF1 Info