Football : l'ex-star du Barça Dani Alves condamné à 4 ans et demi de prison pour viol

Publié le 22 février 2024 à 10h32, mis à jour le 22 février 2024 à 16h44

Source : Sujet TF1 Info

Jugé pour le viol d'une jeune femme en décembre 2022, Dani Alves a été condamné, jeudi 22 février, à une peine de quatre ans et demi de prison.
Le footballeur brésilien, légende du Barça (2008-2016), a été reconnu coupable d'agression sexuelle commise dans les toilettes d'une discothèque.
Il était placé en détention provisoire depuis un an.

Le verdict est sans appel pour l'ex-star du Barça. Alors que son procès de trois jours a eu lieu au début du mois, Dani Alves, qui a aussi évolué au PSG (2017-2019), a été reconnu coupable de viol - "agression sexuelle avec pénétration", selon les termes de la justice espagnole - sur une jeune femme fin 2022. Il a écopé, jeudi 22 février, d'une peine de quatre ans et demi d'emprisonnement. 

"La victime n'était pas consentante et il existe des éléments de preuve qui, au-delà du témoignage de la plaignante, permettent de considérer le viol comme prouvé", a écrit dans un communiqué le tribunal de Barcelone, où il a été jugé.

Aujourd'hui âgé de 40 ans, le footballeur le plus titré de l'histoire, avec 43 trophées, derrière Lionel Messi qui en compte 44, a aussi été condamné à verser 150.000 euros à la victime, à cinq ans de liberté surveillée une fois sa peine purgée et à se tenir éloigné pendant neuf et demi de la femme de 23 ans, qu'il a agressée sexuellement dans les toilettes d'un carré VIP de la discothèque Sutton de Barcelone, dans la nuit du 30 au 31 décembre 2022

"Le viol considéré comme prouvé"

"Le tribunal considère comme prouvé le fait que l'accusé a brusquement saisi la plaignante, l'a jetée au sol et l'a pénétrée vaginalement, en évitant qu'elle ne bouge, alors que la plaignante disait non et qu'elle voulait s'en aller", a justifié le tribunal, qui avait convoqué Dani Alves, placé en détention provisoire depuis un an, pour l'informer du verdict.

Dans l'acte d'accusation, le ministère public avait décrit son "attitude violente", le soir des faits dont il était accusés, et une "situation d'angoisse et de terreur" pour la victime qui est depuis suivie psychologiquement. Souffrant d'un "stress post-traumatique d'intensité globalement élevée", la jeune femme avait témoigné à huis clos, afin de protéger son identité, et derrière un paravent pour éviter tout contact visuel avec l'international brésilien, qui a nié catégoriquement avoir commis un viol. 

Il a changé sa version plusieurs fois

Mais au cours de l'affaire, la défense de Dani Alves a été fragilisé par ses nombreux changements de version. Après avoir assuré, début janvier 2023, n'avoir jamais rencontré la plaignante, le joueur auriverde - licencié par le club mexicain des Pumas suite à son incarcération - avait justifié son mensonge en expliquant avoir voulu protéger son mariage, avant de finir par reconnaître une relation sexuelle, consentie selon lui, avec la plaignante. Ce que la justice a démonté.

"C'est une condamnation qui reconnaît la vérité et la souffrance qu'elle a endurée. Nous sommes satisfaits. Il faut désormais que l'on évalue si la durée de la peine correspond à la réalité des faits", a réagi l'accusation à la sortie du tribunal. Dani Alves, lui, a déjà annoncé faire appel. Un nouveau procès qu'il attendra derrière les barreaux. 


Yohan ROBLIN

Tout
TF1 Info