"Pas au niveau", "MNM"... en 2023, le PSG pique sa "crise de suffisance"

Publié le 30 janvier 2023 à 16h46

Source : Sujet TF1 Info

Déjà battu à deux reprises en Ligue 1 en 2023, le PSG a concédé un nul affligeant contre Reims (1-1), dimanche 29 janvier.
Une sortie ratée qui s'inscrit dans la lignée d'un début d'année médiocre.
Inquiétant à deux semaines et demi de retrouver le Bayern Munich, en huitième de finale aller de la Ligue des champions.

Préoccupant, indigne, embarrassant... Invaincu jusqu'à la trêve, le PSG est méconnaissable depuis la reprise. Alors qu'il avançait à un rythme de 2,73 points par match avant la Coupe du monde, le club parisien a vu sa moyenne chuter en flèche. Avec seulement 7 points pris sur 15 possibles (1,4 point par match), il n'avance plus depuis le retour à la compétition. 

Vainqueur sur le fil contre Strasbourg (2-1), grâce à un penalty de Kylian Mbappé sur le gong (90e+6), puis sans éclat face à Angers (2-0), le champion de France surtout a enregistré ses deux premières défaites de la saison, à Lens (3-1) et à Rennes (1-0), deux prétendants au podium, voire plus pour les "Sang et Or". Et ce n'est pas le triste nul concédé, à domicile, contre Reims (1-1), au bout du temps additionnel (90e+5), dimanche 29 janvier, qui est de nature à rassurer avant un mois de février capital.

Beaucoup trop de joueurs ne sont pas à leur niveau
Christophe Galtier, entraîneur du PSG

Au-delà de ce résultat, gênant pour la bande à Lionel Messi,qui avait l'opportunité de distancer à nouveau son dauphin lensois, accroché à Troyes (1-1), mais loin d'être illogique au vu du match, c'est la manière qui a de quoi déconcerter. "Notre première période a été soporifique, pas de rythme, pas d'intensité, on a été rapidement coupé en deux. (...) Le contenu des 45 premières minutes était très insuffisant et pas du tout satisfaisant", a pesté au micro de Prime Video le coach parisien Christopher Galtier, invité à débriefer la partie. "Prendre un but à la 95e, avec le nombre de joueurs d'expérience qu'on a, c'est très surprenant."

"Je suis le responsable, mais il y a aussi les performances individuelles. En ce moment, beaucoup trop de joueurs ne sont pas à leur niveau. Est-ce qu'on se laisse aller ? Depuis la Coupe du monde, on ne peut pas être satisfaits du jeu et des résultats. Quand on est le PSG, c'est insuffisant", a convenu l'entraîneur passé par Lille et Nice, visant une partie de ses cadres (Neymar, Lionel Messi, Sergio Ramos, etc.), qu'il a pris soin de ne pas citer afin de ne pas froisser leurs égos. "Une crise de confiance, je ne le pense pas. Peut-être une crise de suffisance...", a-t-il concédé. "On a du mal à redémarrer. (...) J'ai des joueurs de haut niveau, qui sont aussi des compétiteurs et qui ne peuvent pas accepter d'être à ce niveau-là depuis le début de 2023." 

Un constat qui vaut pour la "MNM". Décisive durant la première partie de saison (73% des buts inscrits - 46 sur 63 -, toutes compétitions confondues), l'association Messi-Neymar-Mbappé semble comme "déconnectée". En perte d'automatismes, le puissant trio offensif, toujours aussi peu investi à la perte de la balle, se retourne contre le PSG. "Dans les sorties de balle, c'était facile, les trois de devant ne défendent pas", a confirmé le capitaine rémois Yunis Abdelhamid en zone mixte. "On savait qu'à partir du moment où l'on passait ce premier rideau-là... Si on arrivait à faire cet effort-là, ensuite, ils ne participent plus aux tâches défensives de leur équipe. C'est ce sur quoi on a travaillé et on a voulu exploiter. C'est ce qu'on a su faire." 

Il y aura des décisions pour recréer de la concurrence
Christophe Galtier, entraîneur du PSG

"On est tombés dans une zone de confort", a reconnu Christophe Galtier, qui a veillé à ne pas accabler la "MNM", préférant mettre au pas ses tauliers dans leur ensemble. "Il faut que chacun retrouve son niveau très rapidement." C'est qu'il y a urgence : le PSG se prépare à vivre un mois de février déterminant pour la suite de sa saison. "Il va falloir se secouer", a insisté le coach parisien, à une semaine d'un déplacement au Vélodrome pour défier l'OM (8 février) en Coupe de France et à deux semaines et demie du huitième de finale aller contre le Bayern Munich (14 février) de Ligue des champions.

 

"Il y aura des décisions à prendre pour trouver une équipe beaucoup plus solide et qui ressemble à une équipe de haut niveau", a-t-il assuré, avant d'indiquer vouloir "récréer de la concurrence". Dans cette optique, d'ici à la fermeture du mercato hivernal, le 31 janvier, Milan Skriniar pourrait débarquer à Paris, tandis que le staff parisien espère toujours une recrue offensive.

Suffisant pour réveiller un PSG amorphe, qui ne fait plus peur à ses adversaires ? Il faut le souhaiter car le temps est compté, avec le retour de la Ligue des champions. Fort heureusement pour les partenaires de Marquinhos, le Bayern Munich ronronne aussi depuis le passage en 2023. Les Bavarois ont concédé trois nuls de suite, leur première place en Bundesliga ne tenant plus qu'à un point. "J'ai le sentiment que nous avons deux équipes : l'une très performante d'avant la Coupe du monde et l'actuelle qui est méconnaissable", s'est désolé son président Oliver Kahn. "Le PSG, c'est exactement ce genre de matchs dont nous avons besoin. Paris est le genre de grands clubs que le Bayern doit affronter pour se transcender." Un peu comme le PSG, en somme. 


Yohan ROBLIN

Tout
TF1 Info