L'Olympique de Marseille a retrouvé des couleurs depuis l'arrivée de Jean-Louis Gasset sur son banc, le 20 février dernier.
À 70 ans, l'adjoint historique de Laurent Blanc, ex-sélectionneur de la Côte d'Ivoire, a redonné de l'espoir au club phocéen, au bord du gouffre avant sa venue.
Des débuts prometteurs... avant un probable départ en fin de saison.

Voilà plus de 60 ans qu'un entraîneur de l'Olympique de Marseille n'avait pas aussi bien commencé. Nommé mardi 20 février sur le banc phocéen, Jean-Louis Gasset bat tous les records. À 70 ans, cet historique adjoint de Laurent Blanc, habitué à reprendre des clubs en crise, a redonné des couleurs à tout un club. Face à Nantes (2-0), dimanche soir en Ligue 1, il a enchaîné un cinquième succès en autant de rencontres à la tête de l'OM, du jamais-vu pour un nouvel entraîneur depuis 1962.

Un tel destin, Jean-Louis Gasset ne l'aurait sans doute pas imaginé le 24 janvier dernier. Sélectionneur de la Côte d'Ivoire, hôte de la CAN 2024, l'ex-entraîneur de Saint-Etienne, Montpellier ou Bordeaux est limogé dès la fin de la phase de poules, la faute à des "résultats insuffisants", alors que les Ivoiriens sont au bord de l'élimination.

Bien malgré lui, le départ du "sorcier blanc", comme il était surnommé en Côte d'Ivoire, change la donne. Les Éléphants poursuivent leur route, au point de se hisser jusqu'au sacre continental. Quelques jours plus tard, c'est finalement à lui qu'est offerte la possibilité de remettre une équipe à l'endroit. Gasset accepte de reprendre les rênes de l'OM, qui ne pointe qu'à une triste neuvième place de Ligue 1, à huit longueurs du podium, tandis que la colère gronde dans les travées du Vélodrome.

J'ai été contacté le dimanche ; le lundi matin, j'ai dit "je viens"
Jean-Louis Gasset, entraîneur de l'Olympique de Marseille

L'ancien sélectionneur adjoint de l'équipe de France (2010-2012) débarque alors à Marseille avec la mission de sortir le club de la crise. "On m'a appelé pour savoir si j'acceptais, sur quatre mois, de remettre Marseille au niveau où il doit être", raconte-t-il devant la presse. "J'ai été contacté le dimanche à 23h30 et on m'a laissé la nuit pour réfléchir. Lundi matin, j'ai dit 'je viens'."

À Marseille, Jean-Louis Gasset "ramène un peu de soleil" et des méthodes bien à lui, plus traditionnelles que ses prédécesseurs sur le banc olympien. "Il a des mots basiques, on est passés par les fondamentaux", raconte Pierre-Emerick Aubameyang, auteur de huit buts en cinq matchs depuis l'arrivée du nouvel entraîneur.

Docteur Gasset, qui respire le calme, soigne surtout le mental, "le premier remède" selon lui. "Faire comprendre à des gens que le minimum syndical, c'est l'investissement, l'agressivité et la récupération", insiste-t-il, passant presque les considérations tactiques au second plan. "Avec les bons résultats et la confiance, on jouera mieux", balaie-t-il. Il faut dire que Jean-Louis Gasset sait faire. En 2017, l'AS Saint-Etienne, dans les tréfonds du classement, fait appel à ses services pour tenter de sauver sa place dans l'élite : une demi-saison plus tard, le club termine à la septième position.

À Marseille aussi, cette sérénité porte ses fruits. Avec Jean-Louis Gasset, l'OM a jusqu'ici remporté ses cinq matchs, alors qu'il n'en avait gagné qu'un seul en 2024 (face aux amateurs de Thionville en Coupe de France). Le club phocéen a inscrit 18 buts - autant que lors de ses 13 rencontres précédentes -, et n'en a encaissé que trois. En championnat, il est remonté à la septième place, à six points du podium, et trois d'une qualification en Ligue des champions.

Trois mois et puis s'en va ?

Un rebond spectaculaire, qui offre de belles perspectives aux Marseillais avant le sprint final. D'autant qu'ils peuvent toujours rêver d'une épopée européenne, depuis leur victoire 4-0 en huitième de finale aller de Ligue Europa face à Villarreal, le club d'un certain... Marcelino, entraîneur démissionnaire de l'OM en début de saison.

Mais pour l'un des coachs les plus expérimentés d'Europe, le plus grand défi commence peut-être. Jusqu'ici, en championnat, les Marseillais n'ont affronté "que" Montpellier, Clermont et Nantes, trois clubs qui luttent pour leur maintien en bas de classement. La magie opèrera-t-elle toujours dans les prochaines semaines, face à Rennes, Paris, Lille ou Nice, des clubs de haut de tableau ? Les résultats en diront beaucoup sur la capacité de Gasset à transcender son effectif sur le temps long, alors que son passage à Marseille pourrait, lui, tourner court.

Car selon L'Équipe, la belle histoire ne se poursuivra pas la saison prochaine, les dirigeants marseillais envisageant de nommer un cinquième entraîneur en un an, cet été. "Je suis venu pour les aider", aime rappeler Jean-Louis Gasset devant les micros. "Je ne suis pas dans la durée, je ne suis pas carriériste, je viens donner un coup de main." Pari réussi... jusqu'ici.


Idèr NABILI

Tout
TF1 Info