À l'heure où le Vélodrome s'apprête à retrouver la Ligue des champions, l'inquiétude règne dans la cité phocéenne.
Après les graves incidents survenus lors de Nice-Cologne, Marseille craint des débordements à l'occasion de réception de l'Eintracht Francfort et sa horde de supporters, mardi 13 septembre.

Tout faire pour ne pas revivre l'abject. Trois jours après le déferlement de violence en amont de la rencontre de Ligue Europa Conférence, entre Nice et Cologne (1-1), jeudi 8 septembre, les images sont encore dans toutes les têtes. Dans ce contexte, c'est non sans appréhension que les regards se tournent vers Marseille, où la réception de l'Eintracht Francfort suscite de vives inquiétudes. Mardi 13 septembre, quelque 15.000 supporters allemands sont attendus pour assister à l'affiche de Ligue de champions opposant l'OM au vainqueur de la dernière Ligue Europa (à 21h, en live commenté sur TF1info). 

Pour se prémunir de tout incident grave, tel que cela a été le cas à Nice, où les débordements ont débuté dans le centre-ville avant de se propager sur le parvis puis l'intérieur de l'Allianz Riviera, les moyens ont été mis pour faire face. À l'intérieur du Vélodrome, côté Olympique de Marseille, 1200 personnes (hôtesses, stadiers, agents de sécurité...) seront affectées à l'organisation et à la sécurité. Effectifs auxquels s'ajouteront environ 600 membres des forces de l'ordre. Trois arrêtés ont aussi été pris en amont par la préfecture des Bouches-du-Rhône, vendredi 9 septembre, pour éviter que l'avant-match ne dégénère.

J'espère que tout va bien se passer
Mattéo Guendouzi, milieu de terrain de l'OM

Outre l'interdiction de la vente d'alcool à emporter de 14h à 21h dans les 1er, 2e, 6e et 7e arrondissements, "toute personne se prévalant de la qualité de supporter de l'Eintracht Francfort" ne pourra stationner ou circuler sur la voie publique du 12 septembre à midi au 13 septembre 2h du matin. De 10h à 23h59, le jour du match, seuls les fans qui se déplaceront dans des bus, sous escorte policière, seront autorisés à accéder au Vélodrome et ses abords.

Ce dispositif de sécurité renforcé est justifié, selon la préfecture, par la venue annoncée de "3300 supporters (de l'Eintracht Francfort, ndlr) détenteurs de billets d'accès au stade et jusqu'à 5000 autres personnes démunies de titre", dont "plusieurs centaines" qui "sont potentiellement des ultras". Or, pour les services de l'État, "la présence de groupes de supporters arborant les couleurs de l'Eintracht Francfort aux abords du stade Orange Vélodrome avant et après la rencontre" ou encore "au centre-ville de Marseille" peut "susciter des rivalités avec les supporters marseillais entraînant des troubles à l'ordre public".

Des craintes partagées par les joueurs, à l'image de Mattéo Guendouzi, qui "espère" que "tout se passera bien" dans les tribunes, où prendront place les supporters de Francfort, dont certains sont réputés pour leur profil violent. "J'espère qu'il n'y aura pas de débordements, comme on a pu voir notamment avec le match Nice-Cologne. J'espère que tout va bien se passer", a confié le milieu phocéen en zone-mixte, après la victoire olympienne contre Lille (2-1), samedi 10 septembre. "C'est une fête pour tout le monde. J'espère qu'il y aura une très belle ambiance dans les tribunes. Il y a des familles, des enfants, des personnes qui viennent de très loin pour voir ce genre de matchs magnifiques, donc j'espère que tout se passera bien."


Yohan ROBLIN

Tout
TF1 Info