Un Mondial raté et toujours pas de club : quel avenir pour Cristiano Ronaldo ?

Publié le 23 décembre 2022 à 16h13, mis à jour le 23 décembre 2022 à 19h25
Un Mondial raté et toujours pas de club : quel avenir pour Cristiano Ronaldo ?

Cristiano Ronaldo est à la recherche d'un dernier challenge.
Sans équipe depuis sa rupture de contrat avec Manchester United, le quintuple Ballon d'Or tape à toutes les portes pour retrouver un club.
Faute de courtisans, il pourrait finir sa carrière dans l'indifférence.

L'un immortalisé, tout sourire, avec la Coupe du monde, l'autre sortant, en pleurs, la tête baissée. Au cours de la décennie écoulée, la rivalité entre Lionel Messi et Cristiano Ronaldo a électrisé les fans de ballon rond. Considérés comme les deux meilleurs joueurs de la planète, 12 Ballons d'Or à eux deux (sept pour l'Argentin, cinq pour le Portugais), ils ont suivi la même trajectoire, ne quittant jamais l'autre des yeux. Mais, depuis quelques mois, leurs chemins se sont séparés. Si on a retrouvé "la Pulga" des années barcelonaises au PSG, "CR7", lui, est en train de ternir sa légende, en endurant sa fin de carrière.

Revenu en héros à Manchester United à l'été 2021, il a quitté les Red Devils, avec pertes et fracas, un an et demi plus tard. Après une fin de première saison marquée par le décès de son nouveau-né en avril dernier, l'image du vainqueur de l'Euro 2016 s'est effritée. Il a connu un été pollué par les rumeurs de départ et une préparation effectuée loin de ses coéquipiers, alors en tournée en Asie. Une situation qui s'est envenimée au fil de ses "caprices", comme lors du succès face à Tottenham (2-0), le 19 octobre, où il a quitté le banc de touche et Old Trafford en plein match, car mécontent de ne pas entrer en jeu.

Manchester le met à la porte

Jusqu'au point de non-retour. Mi-novembre, juste avant le coup d'envoi du Mondial qatari, Cristiano Ronaldo a lâché ses vérités dans une interview explosive accordée au journaliste Piers Morgan. Dans cet entretien, en plusieurs parties, le quintuple Ballon d'Or a vidé son sac. Et, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'a pas retenu les coups. Il s'en est pris aux propriétaires de Manchester United ("Les Glazer, ils ne se soucient pas du club") et a réglé ses comptes avec son entraîneur Erik ten Hag ("Je n'ai pas de respect pour lui parce qu'il ne montre aucun respect pour moi"). La goutte de trop pour le club mancunien, qui a annoncé, le 22 novembre, la résiliation du contrat les liant "d'un commun accord, avec effet immédiat".

C'est donc sans club, mais avec l'espoir de rebondir, que l'ancien Merengue est arrivé au Qatar. Mais, en coulisses, où on l'a dit en froid avec son (ex-)coéquipier en club Bruno Fernandes ainsi que son sélectionneur Fernando Santos, comme sur le terrain, où son aura lumineuse a perdu en intensité, "CR7" a été rattrapé par une réalité amère. Voyant son statut de héros national vaciller. Critiqué pour ses performances en-deçà, il a été remis en cause, jusqu'à perdre sa place de titulaire au profit du jeune Gonçalo Ramos. C'est dans un rôle de super-sub, mal taillé pour lui et malgré quelques records, qu'il a quitté le tournoi en larmes, après avoir vu s'envoler sa dernière chance, à 37 ans, de soulever le trophée le plus convoité du football.

Un contrat démentiel en Arabie saoudite ?

Cristiano Ronaldo s'est coupé du monde depuis. Il a été aperçu en Espagne, où il a été autorisé par le président du Real Madrid, Florentino Pérez, à utiliser les installations du club à Valdebebas pour s'entraîner et rester en forme. Son avenir, lui, est toujours indécis. Son agent Jorge Mendes aurait tenté de le placer en Europe, de préférence dans une équipe disputant une compétition européenne. En vain. "J'ai le sentiment qu'il a été proposé à tous les clubs de la Ligue des champions", a confié au micro de DAZN Philip Holzer, président du conseil de surveillance de l'Eintracht Francfort, qui a décliné la proposition. 

Dès lors, son futur pourrait s'écrire loin du Vieux Continent. Libre de s'engager où il le souhaite, le natif de Funchal aurait entre les mains une offre démesurée, du jamais vu. Le club d'Al-Nassr, en Arabie Saoudite, lui offrirait un pont d'or : 200 millions d'euros par saison jusqu'en 2025, selon le quotidien espagnol Marca. "Non, ce n'est pas vrai", avait balayé d'un revers de la main l'intéressé, interrogé en zone mixte après la victoire du Portugal contre la Suisse (6-1) en huitièmes de finale. 

Sauf que le désintérêt des clubs européens pourrait avoir eu raison de lui. Au point qu'un accord verbal aurait été déjà trouvé avec le club basé à Riyad. Ce dernier, plus que confiant sur la faisabilité de l'opération, n'attendrait plus que la signature du Portugais. Dans ce deal, qui ferait de lui le sportif le mieux payé de l'histoire, le quintuple Ballon d'Or aurait aussi accepté d'assumer, lorsqu'il aura raccroché les crampons, un rôle d'ambassadeur pour défendre la candidature de l'Arabie saoudite à l'accueil de la Coupe du monde 2030, aux côtés de l'Égypte et de la Grèce. Pas vraiment la fin de carrière qu'on lui imaginait.


Yohan ROBLIN

Tout
TF1 Info