Coups du sombrero, feinte inédite... Pelé en quatre actions de génie

Idèr Nabili (avec AFP)
Publié le 29 décembre 2022 à 22h15

Source : TF1 Info

Après avoir marqué le football de son empreinte, Pelé s'est éteint ce jeudi 29 décembre à 82 ans.
Quatre actions de génie peuvent résumer sa trace dans ce sport.

On le savait affaibli, luttant contre un cancer depuis plus d'un an. Pelé, 82 ans, est décédé ce jeudi 29 décembre au Brésil, laissant derrière lui une carrière de génie, des buts historiques et des gestes exceptionnels. Une légende saluée par tous les grands de ce sport depuis sa mort. Signe que des décennies après avoir quitté les terrains, le mythe du "Roi" Pelé continue d'être entretenu.

Buteur en finale du Mondial à 17 ans

Quatre actions de génie peuvent résumer sa légende. La première, le 29 juin 1958. Alors âgé de 17 ans, Pelé dispute sa première Coupe du monde avec la Seleção. Et se hisse en finale. Le joueur de Santos se paie même le luxe de marquer, creusant ainsi l'écart à 3 à 1 face à la Suède pour se rapprocher du Graal. On joue la 55e minute, lorsque Nilton Santos centre vers le numéro 10 posté à l'entrée de la surface de réparation. L'attaquant brésilien s'élève pour contrôler le ballon de la poitrine au niveau de la tête de son vis-à-vis, réussit après le rebond un coup du sombrero par-dessus un second défenseur suédois avant de reprendre de volée le ballon qui termine au fond des filets.

En trois touches de balle, d'une vivacité et d'une précision incroyables, ce funambule brésilien ne sait pas encore qu'il a marqué le plus beau but de l'Histoire dans une finale de Coupe du monde, ni même qu'il est le plus jeune buteur à ce stade de la compétition. Un record toujours actif à ce jour.

Son plus beau but reconstitué en images de synthèse

Un an plus tard, en 1959, Pelé inscrit son plus beau but lors d'un match avec Santos, son club historique, face à la Juventude. Du moins, c'est ce qu'il raconte dans son autobiographie, puisqu'aucune image ne peut en attester. Basée sur des témoignages, dont le sien, la technologie viendra à son secours des décennies plus tard, et reconstitue l'action en images de synthèses. On y voit Pelé, à la réception d'un centre venu de la droite, effacer un premier défenseur d'un grand pont en guise de contrôle orienté, puis enchaîner trois coups du sombrero, dont le dernier sur le gardien, avant de pousser le ballon de la tête au fond des filets.

La "feinte Pelé"

Après un saut dans le temps de plus de dix ans, retrouvons Pelé en 1970. En demi-finale de la Coupe du monde, face à l'Uruguay, le Brésilien invente la feinte qui porte désormais son nom. Lancé vers le but, il réalise une course effrénée vers le ballon, que Pelé choisit finalement de ne pas toucher pour mieux surprendre le gardien sorti à sa rencontre. Comme prévu, le cuir continue sa trajectoire et Pelé réussit son grand pont sur le portier. L'action est sublime, quasi virtuelle, sans contact entre Pelé et le ballon. Au bout de sa course, il tire en angle fermé, à peine trop croisé de quelques millimètres pour marquer.

Trois Coupes du monde au palmarès, du jamais-vu

Lors du match suivant, en finale face à l'Italie, Pelé ouvre le score. À la reprise d'un centre en début de rencontre (18'), Pelé s'élève plus haut que tout le monde et catapulte de la tête la ballon au fond des filets. Pas son plus beau but, assurément, mais une réalisation ô combien importante. Il lance le Brésil vers le sacre et remporte personnellement sa troisième Coupe du monde. Un record toujours inégalé, qui lui permet d'entrer définitivement dans la légende.


Idèr Nabili (avec AFP)

Tout
TF1 Info