À l'image de sa deuxième partie de saison, Lionel Messi a été encore décevant lors de la défaite face à Lyon (0-1), dimanche 2 avril.
Le champion du monde argentin a été sifflé par une partie du Parc des Princes, exaspérée par ses sorties médiocres sous le maillot du PSG.
De quoi jeter le trouble sur son avenir dans la capitale, lui qui arrive en fin de contrat avec le club parisien en juin prochain.

Son entourage le dit "heureux" à Paris. Pourtant, Lionel Messi, en fin de contrat avec le PSG, se rapproche plus que jamais d'un départ à l'issue de la saison. Accueilli avec faste dans la capitale, à l'été 2021, où il avait pour mission d'offrir enfin au club parisien la tant convoitée Ligue des champions, le septuple Ballon d'Or se prépare à faire ses adieux dans l'anonymat, tant le désamour est palpable entre lui et les supporters franciliens. Déjà conspué l'an dernier, à l'instar de Neymar, après l'élimination contre le Real Madrid, "la Pulga" a été pris en grippe par une partie du public. Comme lors de la réception de Rennes (0-2), le champion du monde argentin a été sifflé avant et pendant la défaite face à Lyon (0-1), dimanche 2 avril. 

Des huées ont été entendues lors de l'annonce de son nom par le speaker puis à plusieurs reprises lorsqu'il a touché le ballon. "Incroyable", s'étonne le quotidien argentin Olé!, au lendemain de cette nouvelle séquence. "Ce n'était pas un dimanche pour que Lionel Messi trouve l'envie de prolonger son contrat avec le PSG", juge le journal La Nacion. Pour Clarin, il n'est ni plus ni moins que  "l'étranger le plus fustigé de Paris". Aux yeux de la plupart des supporters, Messi incarne les mauvais choix de la direction, plus régis par des critères marketings que sportifs. Lumineux avant la Coupe du monde (15 buts et 14 passes décisives en 19 matchs), il l'est bien moins (3 buts et 3 passes décisives en 14 matchs) depuis le passage en 2023.

Le prolonger a tout de la fausse bonne idée

Dans le jeu, comme dans l'investissement sans ballon, le natif de Rosario n'est que l'ombre de lui-même. Ses quelques coups de génie distribués trop parcimonieusement ne suffisent pas à gommer son niveau en chute libre, à mille lieux de celui affiché avec la sélection argentine. Son attitude nonchalante et son manque d'impact exaspèrent les fans parisiens. "Je les trouve durs", a réagi son entraîneur Christophe Galtier au sujet des sifflets du Parc des Princes visant l'idole du Barça. "Leo est notre animateur, qui tente beaucoup, donc il y a obligatoirement du déchet", l'a-t-il dédouané, réclamant de ses autres joueurs "un dépassement de fonctions" pour l'accompagner. "Il a tenté, il a réussi certaines choses, des décalages, il a raté des relations techniques quand il y avait de la densité autour de lui. Il donne beaucoup, il a été passeur et buteur en 2023." 

"Je ne trouve pas que ce soit un fantôme", a poursuivi le coach parisien, assis sur un siège éjectable après la 8e défaite du PSG en 2023, la deuxième de suite. S'il n'a pas accablé l'Argentin, il a appelé à "une réaction d'orgueil" collective. Y compris de Lionel Messi. "Tout le monde, je dis bien tout le monde, à partir de moi, doit prendre conscience de la situation et du travail qu'on a à fournir", alors que le titre n'est plus garanti, avec seulement six points d'avance sur le RC Lens et l'Olympique de Marseille, à 9 journées de la fin du championnat. "J'ai des grands joueurs qui ont gagné des titres, j'ose espérer qu'ils ne sont pas blasés."

Dans ce contexte incertain, où le PSG peut encore faire une saison blanche, une première depuis 2012, l'avenir de Lionel Messi à Paris s'écrit en pointillés, même s'il discute d'une éventuelle prolongation. Au sein du board parisien, on s'interroge sur la nécessité de conserver un joueur de bientôt 36 ans, dont les émoluments pèsent 40 millions d'euros par an sur les comptes du club. Le tout à l'heure, où Paris a besoin d'argent pour recruter et se conformer aux règles du fair-play financier (FPF). Plusieurs destinations s'offrent à lui : retourner à Barcelone, qui a confirmé être en contact avec son entourage malgré une latitude financière plus que limitée, s'exiler en Arabie Saoudite, où l'attendent un pont d'or et Cristiano Ronaldo, ou bien tenter le rêve américain en MLS. Quoi qu'il en soit, tant pour le PSG que pour Lionel Messi, il est peut-être temps de se quitter.


Yohan ROBLIN

Tout
TF1 Info