"J'aurais pu me tuer" : Gasly en colère après avoir croisé un tracteur en pleine piste au GP du Japon

Julien Moreau
Publié le 9 octobre 2022 à 10h40
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Après deux accidents lors du premier tour du Grand Prix du Japon, ce dimanche, des engins de dépannage sont entrés sur la piste pour évacuer les voitures.
Pierre Gasly a croisé ces véhicules alors qu’il roulait à 250 km/h sur le circuit.
"J’aurais pu me tuer", a déclaré le Français lors de son retour dans les stands.

Le pilote français de Formule 1 Pierre Gasly a échappé au drame dans des conditions chaotiques lors du Grand Prix du Japon. Ce dimanche 9 octobre, deux tours après le début de la course, le drapeau rouge a été rapidement agité par les commissaires de course après les accidents d’Alex Albon (Williams) et Carlos Sainz (Ferrari) sur la piste de Suzuka. Sous des conditions diluviennes, la course a été arrêtée pour permettre l’évacuation des deux voitures. Mais les engins de dépannage sont sortis au moment où les pilotes étaient encore sur la piste et Pierre Gasly, qui sortait des stands après avoir changé son aileron, a croisé une grue alors qu’il roulait à 250 km/h. Le pilote français a voulu rattraper la meute des pilotes qui patientait derrière la safety car.  

"C’est inacceptable, comment c’est possible ? Je n’arrive pas à y croire. Je n'arrive pas à y croire. J’aurais pu me tuer", a déclaré le Français, de retour dans les stands après l’interruption du Grand Prix. "J’ai vraiment été surpris qu’on prenne le départ de la course. Ce sont les pires conditions que j’aie vécues dans ma carrière. Bien sûr que l’on veut courir, mais à quel prix ?", a déclaré Alex Albon (Williams) sur les antennes de Canal+. Pire, le pilote thaïlandais aurait rapporté que Sebastian Vettel a déjà fait remonter, lors une réunion entre pilotes, ce problème des dépanneuses qui rentrent trop rapidement sur la piste. 

Cet événement, a été qualifié de "pire qu'inacceptable" par le directeur de l'écurie Alfa Romeo, Frédéric Vasseur, a rappelé l'accident qui avait causé la mort, à 25 ans, du Français Jules Bianchi, sur ce même circuit, le 5 octobre 2014. Sous la pluie, Bianchi avait perdu le contrôle de sa Marussia dans le virage 7 et sa monoplace s'était encastrée sous un engin de levage qui finissait d'évacuer la Sauber de l'Allemand Adrian Sutil, sortie de la piste au tour précédent. "Pas de respect pour la vie des pilotes, pas de respect pour la mémoire de Jules", a déclaré Philippe Bianchi, le papa de Jules Bianchi. 

Lire aussi

Des pilotes ont immédiatement réagi sur les réseaux sociaux. "WTF. Comment cela a-t-il pu arriver ? Nous avons perdu une vie dans cette même situation il y a quelques années. Nous risquons nos vies, surtout dans des conditions comme celle-ci. Nous voulons courir. Mais ça… c’est inacceptable", a déclaré le pilote Lando Norris. "Comment faire comprendre que nous ne voulons jamais voir une grue sur les rails ? Nous avons perdu Jules à cause de cette erreur. Ce qui s'est passé aujourd'hui est totalement inacceptable. J'espère que c'est la dernière fois que je vois une grue sur la piste", a ajouté Sergio Perez.

La réaction de la FIA à cet incident ne devrait pas plaire aux pilotes. Pour la fédération automobile internationale, c’est une violation présumée de l'Article 57.2 du règlement sportif de la FIA pour la Formule 1. "La voiture de sécurité a été déployée et la course neutralisée. La voiture 10 (Gasly), qui avait subi des dommages et était rentrée au stand sous régime de voiture de sécurité, roulait alors à grande vitesse pour rattraper le peloton. Comme les conditions se détérioraient, le drapeau rouge a été déployé avant que la voiture 10 ne dépasse le lieu de l'incident où elle avait été endommagée au tour précédent", a rapporté la FIA. Deux heures après cet incident, le pilote français a pris le départ de la course qu’il a terminée à la 17e place. Une course qui a été remportée par Max Verstappen devant Charles Leclerc et Sergio Perez.

"De mon point de vue, je trouve que c’est irrespectueux envers Jules, envers sa famille et envers tous ceux qui font de la course. Honnêtement, je suis juste heureux d’être en vie et qu’il ne se soit rien passé pour moi. C’est à l’endroit où Carlos Sainz a perdu sa voiture. Il n’y avait aucune indication. On en a parlé des millions de fois, c’est ce qu’il y a de plus dangereux et je ne vois pas pourquoi on a pas attendu une minute de plus. Le temps que les voitures rentrent au stand. J’ai eu énormément peur, si j’avais perdu la voiture en aquaplaning, je ne serais pas ici en train de répondre à vos questions. Je suis juste content de pouvoir parler à ma famille ce soir, ça aurait pu être bien plus dramatique que ça. Apparemment, c’est moi qui suis en tort, j’ai respecté tout ce qu’il fallait, je pense que si je saute sur les freins, il y a plus de chance que je décède aujourd’hui”, a déclaré le Français après la course au micro de Canal+.


Julien Moreau

Tout
TF1 Info