Qualifié de "petit nègre" par Nelson Piquet, Lewis Hamilton dénonce "des mentalités archaïques"

Jérôme Vermelin
Publié le 28 juin 2022 à 15h46
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Dans un entretien réalisé en novembre dernier, le vétéran brésilien Nelson Piquet qualifie le Britannique Lewis Hamilton de "petit nègre".
Des propos exhumés sur Internet qui suscitent une vive polémique à quelques heures du Grand Prix de Silverstone.
Après avoir reçu le soutien des plus hautes instances automobiles, le septuple champion du monde monte au créneau ce mardi.

Malaise au sommet de la F1. À quelques du prochain Grand Prix de Grande-Bretagne, sur le mythique circuit de Silverstone, la chaîne spécialisée Youtube Erneto a exhumé il y a quelques jours une interview de novembre dernier au cours de laquelle le vétéran brésilien Nelson Piquet qualifie le Britannique Lewis Hamilton, septuple champion du monde, de "petit nègre".

Trois fois champion du monde en 1981, 1983 et 1987, Nelson Piquet, 69 ans, était interrogé par Motorsports.com au sujet de l’accrochage survenu l’an dernier à Silverstone entre Lewis Hamilton et le Néerlandais Max Verstappen, lors du premier tour de la course. Ce dernier avait été contraint à l’abandon, premier incident d’une saison à suspense qu’il a finalement remportée.

Une condamnation unanime

"Le petit noir (neginho en brésilien – ndlr) a mis sa voiture et l'a laissée parce qu'il n'y avait aucun moyen pour lui de dépasser deux voitures dans ce virage. Il l’a fait pour l’emmerder", avait déclaré Nelson Piquet, fidèle soutien du président Jair Bolsonaro. Et qui n’est autre que le père de Kelly… la compagne de Max Verstappen.

Cette "sortie de piste" a été rapidement dénoncée par la Fédération internationale de l'automobile (FIA) et par Formula 1, l'organisateur du Championnat du monde de F1, qui a déploré des "propos discriminatoires ou racistes sont inacceptables sous quelque forme que ce soit et n'ont pas leur place dans la société". Ce mardi, Lewis Hamilton lui-même a réagi sur les réseaux sociaux.

"Ce sont plus que des paroles. Ces mentalités archaïques doivent changer et n'ont pas de place dans notre sport", a tweeté le pilote Mercedes. "J'ai été entouré de comportements tels que celui-là et pris pour cible toute ma vie. Il y a eu du temps pour apprendre, maintenant est venu le temps de l'action".

Lewis Hamilton, 37 ans, est connu pour son soutien au mouvement Black Lives Matter, suite à la mort de George Floyd en 2020. C’est à son initiative que plusieurs pilotes ont mis un genou à terre avant les courses tandis que les monoplaces Mercedes passaient du gris au noir jusqu’à la fin de la saison 2021.

AFP

L’écurie allemande est d’ailleurs, elle aussi, montée au créneau pour défendre son pilote après les propos de Nelson Piquet. "Nous condamnons dans les termes les plus forts toute utilisation de langage raciste ou discriminatoire de quelque nature que ce soit", écrit-elle dans un communiqué.

"Lewis a été le fer de lance des efforts de notre sport pour lutter contre le racisme, et il est un véritable champion de la diversité sur et hors piste. Ensemble, nous partageons une vision pour un sport automobile diversifié et inclusif ". Nelson Piquet, de son côté, n’a toujours pas réagi à la polémique.


Jérôme Vermelin

Tout
TF1 Info