En difficulté en Ukraine, Poutine choisit l'escalade

Guerre en Ukraine : le footballeur ukrainien Anatoliy Tymoshchuk est-il un espion russe ?

Yohan ROBLIN
Publié le 21 mars 2022 à 18h59, mis à jour le 27 mars 2022 à 18h19
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Depuis le début de la guerre en Ukraine, Anatoliy Tymoshchuk est passé du statut de gloire à celui de traître.
L'ex-capitaine de l'équipe nationale, autrefois considérée comme une légende dans son pays, a été privé de tous ses titres et distinctions pour son inaction.
Il est accusé d'être un agent du FSB, le successeur du KGB, les services de renseignements russes.

De héros national à ennemi du peuple. Depuis le début de l'invasion russe en Ukraine, Anatoliy Tymoshchuk, légende du football ukrainien, est devenu persona non grata dans son pays. Qu'est-il reproché à l'ancien emblématique capitaine de la Zbirna ? Sa discrétion, ou plutôt son silence assourdissant sur le conflit armé lancé par la Russie. Il s'est en effet gardé de tout commentaire ou toute action, alors que les sportifs ukrainiens ont choisi de se défendre par la parole, à l'image du footballeur Andriy Shevchenko, ou les armes à la main, comme l'ancien boxeur Vitali Klitschko, devenu maire de Kiev.

Une politique de l'autruche qu'il a poussée à l'extrême. Exilé depuis cinq ans en Russie, le détenteur du record de sélections en équipe nationale (144 capes, de 2000 à 2016) n'a pas renoncé à son poste d'entraîneur d'adjoint du Zénit Saint-Pétersbourg, connu pour être le club de cœur de Vladimir Poutine. De quoi nourrir un sentiment d'aversion. Et ce n'est pas son post Instagram tardif, posté 13 jours après le début de la guerre, ne mentionnant ni la Russie ni le président russe, qui a apaisé la situation. "Le fait qu'il ne soit plus une légende du football ukrainien est vrai à 100%", a assuré à la chaîne Youtube Football 1,2,3 le milieu international, Ruslan Malinovskyi. "Ces jours-ci, tout le monde a oublié ses services au pays."

"Tymo" effacé de l'histoire du football ukrainien

Des mots forts que la Fédération ukrainienne (UAF) a transformés en actes, vendredi 11 mars. L'instance dirigeante a annoncé rayer "Tymo" du registre officiel des joueurs de l'équipe nationale, le priver de sa licence d'entraîneur au niveau professionnel et lui retirer toutes ses distinctions et récompenses honorifiques de l'État, ainsi que tous ses trophées remportés sur le sol ukrainien (trois championnats d'Ukraine avec le Shakhtar Donetsk, quatre Coupes d'Ukraine et une Supercoupe d'Ukraine). Pour finir, la gloire déchue ne pourra plus jamais "participer à des activités de football" dans son pays natal. 

Lire aussi

"Depuis le début de l'agression militaire russe contre l'Ukraine, l'ancien capitaine de l'équipe nationale ukrainienne n'a non seulement fait aucune déclaration publique à cet égard, mais n'a pas non plus cessé sa coopération avec le club de l'agresseur. En faisant ce choix conscient, Anatoliy Tymoshchuk nuit à l'image du football ukrainien et viole la clause 1.4 partie 1 de l'article 4 du Code d'éthique et de fair-play de l'UAF", a justifié la Fédération ukrainienne dans un communiqué incendiaire, qui n'a pas d'autre but que d'effacer, purement et simplement, l'ex-milieu de terrain de l'histoire du football ukrainien.

Un agent à la solde du FSB ?

Une décision mûrie à l'encontre de l'ancienne icône, dont la popularité s'était effritée au gré de multiples scandales, allant de la fraude fiscale à son refus de payer la pension alimentaire à son ex-femme. Et ce n'est pas près de se calmer, avec les accusations de haute trahison portées contre lui. Anatoliy Tymoshchuk est en effet soupçonné d'être un agent double à la solde du FSB (ex-KGB), les services secrets russes. Des attaques menées frontalement par Vitaliy Yurchenko, son ancien secrétaire personnel, qui l'accuse, preuves à l'appui, d'être depuis dix ans un espion au service de la Russie.

Les documents compromettants avancés par l'ancien ami de "Tymo", sur lesquels 20 Minutes a enquêté et dont la véracité n'a pas été établie formellement, prouveraient que l'ex-footballeur ukrainien a pactisé avec le FSB en 2012. Les papiers, dans lesquels il prêterait "allégeance au peuple de la Fédération de Russie", présenteraient la signature de l'ancien joueur, authentifiée par Yurchenko, le cachet du Kremlin et les armoiries officielles des services secrets russes. Dans ceux-ci, Anatoliy Tymoshchuk y "jure d'exécuter fidèlement (...) de donner accès aux informations de catégorie A à la Fédération de Russie".

De par son statut, le vainqueur de la Ligue des champions 2013 avec le Bayern Munich a eu au long de sa carrière un accès privilégié aux plus hautes personnalités ukrainiennes. Il aurait ainsi pu fournir des renseignements à la Russie. "Je note seulement que, depuis la publication des documents, il ne m'a pas appelé pour se défendre. Il n'a pas non plus démenti quoi que ce soit officiellement", a indiqué à 20 Minutes Vitaliy Yurchenko, qui maintient ses accusations de ce crime de haute trahison.

S'il faut raison garder, les possibles ramifications de Tymoshchuk avec le FSB n'étonnent pas le journaliste d'investigation, Kostyantyn Andryuk, témoin de l'indifférence de son ex-ami. "En 2014, lors de la guerre au Donbass, je me suis rendu compte à quel point il avait changé", a-t-il raconté. "Son discours était pro-russe, il se vantait d'être intouchable et de toucher énormément d'argent via le Zénith et Gazprom. Il n'arrêtait pas de me dire qu'il connaissait du monde et des colonels du FSB. (...) En rentrant à Kiev, je me suis dit que ce n'était plus l'homme que j'avais connu dans le passé." Dépossédé du titre de citoyen d'honneur de sa ville de Lutsk, bombardée par Moscou, Anatoliy Tymoshchuk est aujourd'hui cataloguée comme une "traître à la patrie".


Yohan ROBLIN

Tout
TF1 Info