Hors-jeu semi-automatique, possession contestée, temps additionnel... Ces nouveautés de la Coupe du monde 2022

Publié le 22 novembre 2022 à 17h43

Source : JT 20h WE

Chaque édition de la Coupe du monde réserve son lot de nouveautés, et celle de 2022 ne rompt pas avec la tradition.
Au Qatar, les téléspectateurs peuvent découvrir le hors-jeu semi-automatisé, la possession contestée, ou encore un temps additionnel à rallonge.
Tour d'horizon.

C'est presque une habitude au moment d'entamer une Coupe du monde. Tous les quatre ans, la Fifa profite de son événement planétaire pour inaugurer une ou plusieurs nouveautés dans le football. Souvenez-vous : en 2014, au Brésil, les arbitres avaient instauré une "pause fraîcheur" lors des rencontres sous forte chaleur, utilisaient une bombe aérosol pour placer les murs sur les coups francs, et étaient aidés par la "goal line technology" pour vérifier le franchissement de la ligne de but. Trois innovations désormais parfaitement implantées dans le football de haut niveau.

Rebelote quatre ans plus tard, en Russie. Cette fois, l'assistance vidéo à l'arbitrage - communément appelée VAR - entrait en jeu. Cette technologie sujette à controverse est dorénavant utilisée dans tous les grands championnats et matchs internationaux. Cette année, au Qatar, ce sont trois autres nouveautés qui sautent aux yeux.

L'avalanche de temps additionnel

D'abord, le temps additionnel a pris des airs de prolongations. Si la phase à élimination directe n'a pas encore débuté, il n'est pas rare de voir des rencontres de phase de poules dépasser les 100 minutes de jeu depuis le début du tournoi. La raison ? Le corps arbitral compense les moindres secondes de temps mort.

"Nous voulons éviter les matchs à 42, 43, 44 minutes de temps effectif", prévenait avant le début de la compétition le président de la commission des arbitres de la Fifa, Pierluigi Collina. "Donc les temps de remplacement, de penalty, de célébrations, de soins médicaux ou bien sûr de VAR, devront être compensés."

Les hors-jeux détectés (presque) automatiquement

C'est une nouveauté que les Argentins, défaits ce mardi par la surprenante Arabie Saoudite avec trois buts refusés pour hors-jeu, ne semblent pas vraiment goûter. Afin de fiabiliser les décisions arbitrales - et de les accélérer - la Fifa utilise depuis dimanche le hors-jeu semi-automatisé, déjà découvert par les fans de football ces dernières semaines en Ligue des champions.

L'idée est de repousser les limites de l'œil humain, trop imprécis pour établir à tout moment la position des joueurs et du ballon, et donc pour déterminer une ligne de hors-jeu. Un capteur est ainsi placé au centre du ballon du match et envoie une alerte en temps réel aux arbitres vidéo si le receveur se trouve en position illicite. Les hommes en noir procèdent ensuite à une vérification manuelle.

La possession de balle "contestée"

Troisième de la Coupe du monde en 2018, la Belgique se vantait d'avoir eu la possession de balle contre la France. Pas sûr que les Diables rouges puissent en dire autant cette année, car la Fifa a adopté un nouveau mode de calcul. Désormais, les temps de jeu durant lesquels "deux joueurs se battent pour un ballon", ou lorsqu'un joueur "intercepte une passe, mais que le ballon lui échappe", ne seront plus comptabilisés comme un temps de possession pour l'une ou l'autre des deux équipes.

C'est ainsi que lors du match d'ouverture, l'Équateur a été crédité de 50% de possession de balle, contre 42% pour le Qatar. Les 8% restants sont placés dans une nouvelle catégorie : la "possession contestée".


Idèr NABILI

Tout
TF1 Info