INTERVIEW - François Gabart a coupé la ligne d'arrivée virtuelle de son tour du monde, ce dimanche à 2h45 au large d'Ouessant. Le skipper Macif a amélioré la marque référence de Thomas Coville de plus de six jours. Interrogé par LCI, le directeur de l'"Ena de la voile" Christian Le Pape revient sur cet incroyable exploit humain.

Supersonique. Le 4 novembre dernier, il s'élancait de Brest en quête du record du tour du monde en solitaire établi il y a un an par Thomas Coville en 49 jours et 3 heures. À bord de son maxi-trimaran Macif, François Gabart a pulvérisé cette marque référence en franchissant la ligne virtuelle au large de l'île d'Ouessant ce dimanche à 2h45, après 42 jours, 16 heures, 40 minutes et 35 secondes en mer. Avec ce temps record, le vainqueur de la 7e édition du Vendée Globe améliore la marque précédente de 6 jours, 10 heures, 23 minutes et 53 secondes. 

C'est à Port-la-Forêt, son port d'attache depuis 2007, année lors de laquelle il décroché après un heureux concours de circonstances la sélection "Skipper Espoir Région Bretagne", qu'il a préparé ses succès (et fait ce record), sous la houlette de Christian Le Pape. Joint par LCI, le directeur du pôle Finistère course au large de Port-la-Forêt, "l'Ena de la voile", a décrypté le nouvel exploit de celui qui n'en finit plus d'accumuler les victoires depuis son titre de champion de France en Optimist en 1997, remporté alors qu'il n'avait que 14 ans.

Un virtuose qui associe technique et émotion
Christian LE PAPE, patron de Port Laf'

François, un perfectionniste au sens strict du terme
Christian LE PAPE, patron de Port Laf'

L'exploit humain plus que toute autre chose
Christian LE PAPE, patron de Port Laf'

Suivez en direct l'arrivée de François Gabart à Brest sur le compte Twitter de Macif.


Propos recueillis par Yohan ROBLIN

Tout
TF1 Info