Des JO d'hiver de Pékin sous le signe du Covid

JO de Pékin : de l'argent pour le relais tricolore en biathlon, Quentin Fillon Maillet complète sa collection

Publié le 15 février 2022 à 9h21
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Après un dernier tir, qui a vu la Russie s'écrouler, les Bleus ont remporté l'argent en relais, mardi 15 février.
L'équipe de France masculine n'avait plus remporté de médaille olympique dans cette épreuve depuis 2006.
"QFM" empoche sa 5e médaille en cinq courses à Pékin.

De l'argent qui fait leur bonheur. Avant les Jeux de Pékin, les Bleus du relais n'avaient jamais ramené autre chose que du bronze (à Lillehammer 1994, Salt Lake City 2002 et Turin 2006). Sur le pas de tir de Zhangjiakou, le double champion olympique Quentin Fillon Maillet, Fabien Claude, Emilien Jacquelin et Simon Desthieux ont rompu la malédiction, mardi 15 février, signant le meilleur résultat de l'histoire de l'équipe de France masculine, son premier podium depuis les JO de Turin, il y a 16 ans.

Alors que tout semblait joué, le dernier tir aura été fatal au Comité olympique russe, pourtant en tête tout du long, après trois relais et demi irréprochables. À ce moment-là, toujours en quête de son premier titre olympique dans cette épreuve, une anomalie dans le palmarès du biathlon tricolore, la bande à "QFM" a vu l'or poindre au bout de sa carabine, ce que ni Raphaël Poirée ni Martin Fourcade n'ont réussi en leur temps. Mais alors que le Russe Eduard Latypov s'écroulait, prenant deux tours de pénalité, le Jurassien a laissé passer sa chance, "piochant" par deux fois. Une médaille d'or finalement récupérée pour 27"4 par la Norvège, en embuscade après avoir compté 1'47" de retard sur le ROC à mi-course.

Ce groupe-là mérite vraiment cette médaille !

Vincent Vittoz, entraîneur des équipes de France de biathlon

"Vu le scénario, on peut toujours regretter, les Norvégiens ont eu un grand Johannes (Boe). Il nous a fait un peu mal", a reconnu l'entraîneur tricolore Vincent Vittoz, fier de ses gars. "Ce que je note, c'est une victoire du collectif, c'est leur niveau. Ils l'ont construit dans leur travail en vivant biathlon depuis plusieurs années. Ce groupe-là mérite vraiment cette médaille !". "Ça fait quatre olympiades qu'on alignait des grosses équipes sans faire de médaille. Là, c'est beaucoup de joie et de bonheur", a affirmé le patron du biathlon français, Stéphane Bouthiaux, au micro de France Télévision. "On a pensé au plus beau des métaux pendant un moment, mais on se satisfait de celui-ci, je vous l'assure."

"QFM" reçu 5 sur 5

Une médaille argentée que Quentin Fillon Maillet, le leader de l'équipe de France, est "super fier de partager" avec "(sa) bande de potes". Et qui le fait entrer un peu plus dans l'histoire du sport bleu-blanc-rouge. Avec quatre en quatre courses - l'or sur l'individuel et la poursuite, l'argent sur le sprint et le relais mixte -, "QFM" était déjà le seul Français à avoir réussi une telle moisson sur une même édition des Jeux olympiques d'hiver. Avec cette nouvelle breloque, la cinquième en autant d'épreuves, il devient le troisième athlète de l'olympisme tricolore à ramener cinq médailles au cours d'une même édition, tous JO confondus, aux côtés de l'escrimeur Roger Ducret à Paris en 1924 et Julien Brulé à Anvers en 1920. 

Lire aussi

Une collection qu'il n'a peut-être pas fini. Lors de la mass-start, prévue vendredi 18 février (à partir de 10h en France), il aura l'opportunité unique de monter sur tous les podiums au programme. Un exploit seulement réussi, en biathlon, par la légende norvégienne Ole Einar Bjørndalen, qui avait pris les quatre titres en jeu (individuel, sprint, poursuite et relais) à Salt Lake City. Un grand chelem auquel Quentin Fillon Maillet avoue "penser". "Pourquoi pas six sur six ?", a-t-il lâché, après la poursuite. Le voilà bien parti pour.


Yohan ROBLIN

Tout
TF1 Info