Tokyo 2021 : des JO sous le signe du Covid

JO de Tokyo : la revanche bronzée de la sabreuse Manon Brunet

Yohan ROBLIN
Publié le 26 juillet 2021 à 14h09, mis à jour le 26 juillet 2021 à 14h38
La sabreuse Marion Brunet ne voulait pas revivre la désillusion de Rio.

La sabreuse Marion Brunet ne voulait pas revivre la désillusion de Rio.

Source : FABRICE COFFRINI / AFP

LARMES DE BONHEUR - Cinq ans après la déception de Rio, où elle avait fini au pied de la boîte, Manon Brunet a tourné la page. La sabreuse, soulagée, s'est adjugée le bronze, lundi 26 juillet, à Chiba.

Elle l'avait ratée de peu à Rio en 2016. Au Brésil, Manon Brunet avait entrevu la médaille olympique, mais celle-ci s'était envolée après ses défaites en demi-finale à une touche de la numéro 1 mondiale Sofia Velikaya, future championne olympique, puis en petite finale contre Olga Kharlan. Cinq ans après, elle a un temps cru repartir avec une nouvelle médaille en chocolat. Revancharde à Chiba, la sabreuse a réussi à décoller cette étiquette de quatrième. Battue aux portes de la finale par la Russe Sofia Pozdniakova, elle s'est remobilisée pour étriller la Hongroise Anna Marton 15 touches à 6 dans le match pour le bronze. 

 "J'étais tellement déçue après la demi-finale. J'ai eu tellement de monde derrière moi. Ils m'ont dit de pleurer tout ce que j'avais à pleurer. Ils m'ont tous aidé, m'ont dit de me battre. Je suis soulagé d'avoir une médaille olympique", a-t-elle soufflé au micro de France 3, rassurée de ne pas rentrer bredouille du Japon. Tout en maîtrise jusqu'à sa demi-finale, qu'elle a avoué avoir "complétement foiré", la tireuse du CE Orléans n'a pas laissé passer sa chance une deuxième fois. Face à Anna Marton, qu'elle n'avait jamais battu, la Lyonnaise de 25 ans s'est mise à l'abri, menant rapidement 5-0, puis 11-2, avant de conclure 15-6.

Soulagée, comme si elle venait de s'ôter un poids des épaules, Manon Brunet s'est effondrée en larmes dans les bras de ses coéquipières, Charlotte Lembach, Cécilia Berder et Sara Balzer, ainsi que des fleurettistes restés l'encourager. "Rio n'est pas oublié, ça fait partie de moi, mais j'ai passé le cap", a affirmé la maréchale des logis de la gendarmerie, considérée comme l'une des meilleures sabreuses du globe, avec un titre de vice-championne d'Europe 2019 et une place de numéro 3 mondiale.

Après le judo, qui a ramené trois médailles en trois jours (deux en argent, une en bronze), l'escrime est l'autre pourvoyeur de breloques. La discipline a engrangé sa deuxième médaille, au lendemain de l'or surprise de Romain Cannone à l'épée, et offert à la France sa cinquième médaille dans ces Jeux.


Yohan ROBLIN

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info