Tokyo 2021 : des JO sous le signe du Covid

JO de Tokyo : c'est déjà fini pour Naomi Osaka, qui n'imitera pas Cathy Freeman

Yohan ROBLIN
Publié le 27 juillet 2021 à 8h41
La tenniswoman japonaise Naomi Osaka avait allumé la vasque olympique lors de la cérémonie d'ouverture.

La tenniswoman japonaise Naomi Osaka avait allumé la vasque olympique lors de la cérémonie d'ouverture.

Source : TIZIANA FABI / AFP

SENSATION - Battue sèchement 6-1, 6-4 par la Tchèque Marketa Vondrousova, dès les huitièmes de finale du tournoi de tennis, Naomi Osaka voit le titre olympique s'envoler. La Japonaise, dernière porteuse de la flamme olympique, ne succédera pas à Cathy Freeman, seule athlète à avoir remporté l'or après avoir allumé la vasque.

Naomi Osaka n'imitera pas Cathy Freeman. En 2000, l'Australienne, spécialiste du 400m, avait allumé la vasque olympique à Sydney, avant de devenir, quelques jours plus tard, la première athlète à remporter la médaille d'or dans les mêmes Jeux. Une performance inédite que rêvait d'égaler, chez elle, la quadruple vainqueuse de tournois du Grand Chelem. Une ambition terrassée dès les huitièmes du tournoi de tennis. La Japonaise, candidate au titre olympique en simple, s'est faite surprendre par la Tchèque Marketa Vondrousova (6-1, 6-4), mardi 27 juillet, à Tokyo, sur le court central d'Ariake. 

Après l'élimination de la numéro 1 mondiale, l'Australienne Ashleigh Barty dimanche, la dernière porteuse de flamme semblait avoir le chemin dégagé jusqu'au sacre. Breakée d'entrée par la finaliste de Roland-Garros 2019, 42e joueuse mondiale, elle est apparue dépassée, inconstante au service (64% de premières balles) et plombée par 32 fautes directes. Après la perte du premier set, en seulement 24 minutes, elle a tenté de revenir, en vain, perdant son break d'avance sur une double faute dans le deuxième set. La Japonaise s'est finalement inclinée en 1h08 de jeu sur la troisième balle de match de Vondrousova.

Véritable star au pays du Soleil levant, Naomi Osaka faisait son retour à Tokyo, après deux mois d'absence pour cause de détresse psychologique. La joueuse de 23 ans s'est retirée de Roland-Garros fin mai, après avoir refusé de répondre à la presse pour "préserver sa santé mentale", avant de déclarer forfait pour Wimbledon. Une pause loin des courts qui l'avait, disait-elle, "ragaillardie" et rendue "heureuse à nouveau".

Il y avait énormément de pression autour de ces Jeux

Naomi Osaka, joueuse de tennis numéro 2 mondiale

Mardi, à Tokyo, elle a zappé dans un premier temps le passage obligatoire devant la presse, avant de se plier, une demi-heure plus tard, au règlement. "Chaque défaite me déçoit, mais celle-ci fait plus mal que les autres. (...) "Tout (s'est mal passé), il suffit de regarder le match pour s'en rendre compte. C'était comme si toutes les choses sur lesquelles je m'appuie habituellement m'avait lâché", a-t-elle confié, très émue. "Il y avait énormément de pression autour de ces Jeux. Je l'ai bien sentie. Peut-être que pour ma première participation aux JO, c'était un peu trop pour moi." Les temps sont durs pour Naomi Osaka.


Yohan ROBLIN

Tout
TF1 Info