La claque du bout du monde

Le service METRONEWS
Publié le 7 juin 2014 à 15h05
La claque du bout du monde
L'essentiel

RUGBY – Le premier test de la tournée des Bleus s'est transformée en démonstration des Australiens , sur le compte d'une équipe de France loin de pouvoir rivaliser. Pour les Bleus, la note est salée (50-23).

"On a été bon les dix premières minutes, et pas mal les dix dernières, mais entre les deux, on n’était pas là", Gaël Fickou n'aurait pu mieux résumer le premier test-match de la tournée des Bleus en terre australe. Les Australiens ont marché sur une équipe de France bien loin du compte (50-23). Certes, la France était privée de cadres comme de leaders de jeu, comme Thierry Dusautoir ou Mathieu Bastareaud. Certes, les Français ont sans doute aussi souffert d'être en fin de saison, alors que leurs adversaires débutent la leur. Mais le mal est plus profond.

Car les Bleus ont encaissé sept essais, et pour la plupart, ils ne font pas suite à un exploit ou à une phase de jeu géniale des Australiens. Les Wallabies n'ont fait que profiter des erreurs de défense des Bleus. En première période, Folau, Ashley-Copper, Hooper et Toomua ont passé la ligne d'en-but Bleu. Fickou (19e) et Huget (33e) sont passés au travers sur les deux premiers, des plaquages contrés et des passes plus que dangereuses (Machenaud pour Bourhis à la 39e) ont scellés les autres.

Sept essais à deux, la faillite Bleue

Cummins, Beale et McCabe trouvaient eux aussi le chemin de l'essai en seconde période. La France se rapprochant alors de ses pires records en matière de score catastrophique. Heureusement pour Philippe Saint Andrée, les Australiens relâchaient peu à peu leur étreinte et encaissaient deux essais. L'un sur une filouterie de Morgan Parra, le second offert par l'arbitre pour récompenser les efforts des avants Bleus.

Au moins l'honneur est sauvé, mais c'est un bien maigre palliatif aux maux de cette équipe. Comme lors du Tournoi, la France a été incapable de créer du jeu, d'emballer la rencontre et donc d'être dangereuse offensivement. Quand à ceci s'ajoutent des plaquages ratés et des hésitations défensives, le bilan ne peut être que négatif. Il reste donc une semaine aux Bleus de prouver que le cœur et l'orgueil sont bien la meilleure qualité de cette équipe qui sait se relever après les défaites. A moins que ce soit là le plus gros problème de ces Bleus, ils ont appris à vivre avec des défaites. A 15 mois de la Coupe du monde, ce test match devait rassurer les Bleus, il n'a apporté que de nouvelles inquiétudes.