ÉDITO - On ne gagne jamais seul. Lionel Messi ne cesse de l'apprendre à ses dépens. A force de finales perdues, il en a lâché l'Albiceleste. Le talent ne suffit pas, le passeport, ça compte aussi... y compris quand on est un immense génie du foot. C'est ce rappel à l'histoire que délivre Fabrice Jouhaud. Jusqu'au 11 juillet, il nous livre son humeur sur les choses, et surtout les à-côtés, de la compétition.

La magie du sport tient souvent à la damnation de ses héros. Ainsi, Lionel Messi, dont il est difficile de ne pas admettre qu’il est le meilleur footballeur de la dernière décennie : cinq fois lauréat du Ballon d’Or, il a choisi de ne plus porter le maillot de l’Argentine à l’issue d’une nouvelle désillusion en finale de la Copa América, l’équivalent américain de l’Euro.

Messi, Law, Weah, Chevtchenko, Chevtchenko... 

En sélection, que ce soit lors d’une Coupe du monde ou d’un tournoi continental, Messi n’a jamais remporté le moindre trophée et, à moins de revenir sur sa décision, n’en gagnera aucun. 

Ce n’est pas si exceptionnel. Nombreuses sont les légendes du football ayant traversé le temps sans écrire leur nom sur les palmarès les plus prestigieux. Contrairement à Messi, c’est souvent leur naissance qui les condamna. George Best est sans doute la plus célèbre de ces figures touchées par la grâce mais pas par l’état civil. Irlandais du Nord, il n’eut jamais l’occasion d’exister ailleurs que dans son club de Manchester United dont il était l’icône des années soixante.

"Les génies sont souvent des hommes seuls"

Comme quoi, il ne suffit pas d’être bon, il faut aussi le bon passeport. L’Ecossais Dennis Law, le Gallois Ryan Giggs, l’Ukrainien Andrei Chevtchenko et, évidemment le Libérien George Weah vous le confirmeront. Les génies solitaires, en football, sont d’abord des hommes seuls. Sans doute peuvent-ils se consoler, un peu, en se rappelant que l’immense Johan Cruyff, pourtant au sein d’une génération néerlandaise exceptionnelle, ne s’imposa ni en Coupe du monde ni en Championnat d’Europe.

Tragique, n’est-ce pas ? Non, rassurant en réalité car Didier Deschamps ne disposant d’aucun joueur de cette catégorie-là, c’est peut-être l’année des Bleus... Comment ?
Ça marche encore mieux avec l’Islande ? Ah, mince…

EN SAVOIR + 
>>  Le jour d'après #1 : "À la niche !"  >>  Le jour d'après #2 : "Soyons fous"
>> Le jour d'après #3 : "Le cauchemar Björk"
>> Pour tout savoir sur l'Euro 2016, c'est par là


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info