Mis en examen pour des faits supposés de viol ce vendredi, Achraf Hakimi a reçu le soutien de son club, le Paris Saint-Germain.
En parallèle, l'international marocain et sa défense dénoncent une "tentative de racket".

Le Paris Saint-Germain n'a pas tardé à se ranger derrière son joueur Achraf Hakimi, mis en examen ce vendredi 3 mars pour viol. Le club de la capitale, pour qui joue le latéral droit, "apporte son soutien" au footballeur et "fait confiance à la justice", a annoncé un porte-parole. Le PSG "ne fera aucun commentaire" sur ce dossier, a-t-il ajouté.

Dans la foulée, en conférence de presse, l'entraîneur Christophe Galtier a prévenu qu'il ne "répondrait à aucune question sur l'extrasportif d'Achraf Hakimi". "On va le gérer normalement, il va s'entraîner demain, il va s'entraîner dimanche, et j'ose espérer que lundi, il va s'entraîner normalement avec le groupe et qu'il sera disponible contre le Bayern", a indiqué le technicien français. C'est en tout cas "l'objectif", précise-t-il. "C'est une vieille blessure [à la cuisse] qui date de la Coupe du monde", souligne-t-il encore. 

Forfait pour ce week-end

L'international marocain, qui avait manqué le déplacement du PSG dimanche à Marseille, pourrait donc faire rapidement son retour à la compétition. "Après une phase individuelle, Achraf Hakimi reprend l’entraînement avec le groupe aujourd’hui et un retour en compétition est prévu la semaine prochaine", confirme le club dans un communiqué. Il est, de ce fait, forfait pour la réception de Nantes, ce samedi (21h00). 

Le défenseur est accusé par une femme de 24 ans de l'avoir violée, samedi dernier, à son domicile de Boulogne-Billancourt, en banlieue ouest de Paris. Entendu par les enquêteurs puis mis en examen, Hakimi a été placé sous contrôle judiciaire, lui interdisant d'entrer en contact avec la jeune femme. L'enquête préliminaire ouverte lundi par le parquet de Nanterre est désormais confiée à un juge d'instruction. La victime supposée, qui s'est également entretenu avec les agents de la Sûreté territoriale des Hauts-de-Seine, n'a, elle, pas déposé de plainte.


M.G avec AFP

Tout
TF1 Info