TENNIS – Ce dimanche soir à Londres, Andy Murray a remporté, sans forcer (6-3 ; 6-4), le match de l’année, qui l’opposait à Novak Djokovic, en finale du Masters.

Le tennis a beau être dominé de la tête et des épaules par les deux hommes, rares sont les saisons qui proposent une conclusion aussi épique. En finale du Masters de Londres, qui réunit traditionnellement les huit meilleurs joueurs du monde, Andy Murray et Novak Djokovic avaient non seulement rendez-vous pour remporter le prestigieux trophée, mais aussi pour une place de n°1 mondial de l’année. En effet, celui qui l’emporterait était sûr de s’asseoir pour de bon sur ce trône. Et c’est l’Écossais, après l'avoir tout juste chipée au Serbe, qui a décroché la timbale ce dimanche, en seulement deux sets (6-3 ; 6-4).

Une petite surprise au regard du contexte. D’abord, à grande échelle, le "Djoker" menait 24-10 dans leurs duels, et même4-0 s’agissant de leurs seuls matchs indoor, comme cette finale. Ensuite, à petite échelle, le Masters avait jusqu’ici montré un Djokovic retrouvé, comme ragaillardi par le challenge qui s’offrait à lui, pour reconquérir ce statut, son bien durant de si longs mois. À côté de cela, Murray avait paru fatigué psychologiquement durant tout le tournoi, sortant même d'une demi-finale épuisante de 3h12 face à Milos Raonic. C’était vite oublier qu’à mi-chemin de ces deux points de vue, l’Écossais restait sur une série de 25 victoires de rang, remportant consécutivement Pékin, Shanghai, Vienne et Bercy avant de se retrouver là.

C’est cette sérénité de l’Écossais, transfiguré par l’enjeu et les encouragements de "son" public, qui a transparu durant tout leur affrontement au sommet. Et le Serbe s’est rapidement noyé dedans, sauvant péniblement trois balles de break avant de le concéder au pire moment, à 5-3. Impitoyable sur son service, Murray a ensuite croqué son adversaire pour prendre la première manche. A suivi une lutte sublime pour le gain du premier jeu du 2e set, sur le service du Serbe… Remporté par l’Écossais, sur sa 4e balle de break à 40A. Dès lors, le match avait définitivement  basculé, le jeu blanc de Djokovic sur son service pour revenir à 4-3 n’ayant plus aucune chance de faire fléchir l’implacable n°1 mondial. L’incontestable n°1 mondial.


Hamza HIZZIR

Tout
TF1 Info