Masters : Thiem est peut-être le junior de la bande, mais Monfils devra vraiment s'en méfier

Sébastien COCA
Publié le 15 novembre 2016 à 12h57
Masters : Thiem est peut-être le junior de la bande, mais Monfils devra vraiment s'en méfier

Source : Tim Ireland/AP/SIPA

L'essentiel

TENNIS - Si le Français, qui a raté son entrée dans ce tournoi réunissant les 8 meilleurs joueurs de la saison, a attendu d'avoir 30 ans pour participer à son premier Masters, c'est à seulement 23 ans que le jeune Autrichien a intégré la cours des grands. Et face à Dominic Thiem (n° 9) ce mardi à 15 heures, Gaël Monfils (n° 6) va vraiment devoir hausser son niveau de jeu.

Le plus doué de sa génération

Si les médias s'épanchent régulièrement sur les frasques de Nick Kyrgios (21 ans, n° 13) et mettent toujours en avant le potentiel du bad boy du circuit, bien plus discret, Thiem (on prononce "Tim") avance plus vite. De cette génération (Alexander Zverev, Bernard Tomic...) qui est censée remplacer celle des Rafael Nadal et des Roger Federer, il a été le premier à atteindre le dernier carré d'un Grand Chelem - à Roland-Garros cette année (défaite contre Novak Djokovic) - et donc à intégrer le cercle très fermé du Masters. Mais pas de quoi impressionner le garçon qui, pour son premier match dimanche, a perdu, mais a réussi à prendre un set à Djoko.

Des entraînements de bûcheron

A l'image du monstre physique qu'était son compatriote célèbre dans le tennis Thomas Munster (vainqueur à Roland-Garros 1995), le n° 9mondial n'épargne pas son corps à l'entraînement. Concoctées par son coach Günther Bresnik (qui a aussi entraîné Boris Becker ou Henri Leconte), certaines séances se déroulent même en pleine forêt, où le joueur soulève des troncs d'arbre de 25 kg. "On se le passe, toutes les cinq minutes, explique son entraîneur. Je prends le tronc, il prend le tronc... Et nous continuons à marcher comme ça pendant deux heures !" Résultat, Thiem (1,85 m pour 82 kg) peut encaisser sans sourciller des matches marathon. Et donc encore plus facile les rencontres en deux sets gagnants du Masters.

Imperméable à la pression

Si disputer un premier Masters doit être impressionnant, Dominic Thiem n'a pas du tout le profil d'un joueur qui vacille lors des gros matches. Pour preuve, cette saison, il a pris l'habitude de faire tomber les cadors du circuit : Rafael Nadal en demi-finale à Buenos Aires (tournoi d'ailleurs remporté par Thiem en février dernier...) et Roger Federer à deux reprises, en 8e de finale à Rome puis en demi-finale du tournoi de Stuttgart. Et même s'il semble plus taillé pour la terre battue que pour le dur, l'Autrichien a démontré qu'il savait manœuvrer Gaël Monfils. Un joueur qu'il a battu à chaque fois ces deux dernières saisons : en demi-finale à Umag (tournoi de terre battue en Croatie) en 2015 et en 8e de finale à Cincinnati l'été dernier (dur). Pas simple, donc, pour le Français.

US Open : Gaël Monfils méconnaissable, « je suis désolé d’être différent »Source : JT 13h WE
JT Perso