La Coupe du monde 2022 sur TF1

Mondial 2022 : Didier Deschamps espère prolonger "dix ans de plus"

La rédaction de LCI
Publié le 17 décembre 2021 à 8h10
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : JT 13h Semaine

FOOTBALL - Le sélectionneur de l'équipe de France s'est confié à des journalistes sur son avenir sur le banc des bleus, l'échec de l'Euro 2020 et sa future liste de joueurs, à moins d'un an de la Coupe du monde au Qatar.

A quelques mois de la présentation de sa fameuse liste des joueurs sélectionnés pour la Coupe du monde de football au Qatar, c'est un Didier Deschamps "épanoui" qui s'est entretenu avec des journalistes, dont ceux de l'Agence France-Presse, à Nice ce jeudi. L'occasion de faire le point sur sa vision de l'équipe de France, championne du monde en 2018 et qui tentera de briser la malédiction de tenants du titre, souvent éliminés quatre ans après leur sacre.

Quelques jours plus tôt, le président de la Fédération française de football Noël Le Graët a annoncé par voie de presse son intention de convoquer Didier Deschamps après le Mondial au sujet de son avenir. "On décide ensemble, même si c'est lui qui aura le dernier mot, explique le sélectionneur, mais ça ne me pose pas de problème. Sincèrement. Je gèrerai les joueurs de la même façon." 

Contacté par des clubs après le Mondial 2018

Interrogé sur ses intentions pour la suite, le sélectionneur de 53 ans rappelle qu'il se sent prêt à rempiler pour "dix ans de plus (...) Il n'y a pas de limite d'âge (rires). Quand j'ai débuté comme entraîneur, je disais à ma femme que j'aurais fait le tour à 40 ans. Et regardez aujourd'hui." 

Ce ne sont pourtant pas les offres qui manquent. Depuis la Coupe du monde remportée en Russie il y a trois ans, "cela a pu arriver qu'on me sollicite", confie Didier Deschamps, "mais je ne suis pas disponible. Je ne ressens pas d'usure comme sélectionneur (...) Je sais très bien que ça va s'arrêter un jour, mais en 2022, mon téléphone est sur silencieux." Et en cas de défaite sur les pelouses du Qatar, envisage-t-il de raccrocher ? "Je ne me pose pas la question. Je ne me projette pas", assure l'entraîneur si je dois avoir une autre vie, elle sera aussi très bien."

"Karim Benzema est sélectionnable"

L'entraîneur assure ne pas vouloir reproduire l'échec prématuré lors de l'Euro l'été dernier, due en partie à "de la suffisance" de la part des champions du monde en titre. "On était ric-rac sur le plan athlétique, ajoute Didier Deschamps. On a dû faire face à une canicule terrible, qui nous a massacrés physiquement. C'est cette accumulation de choses qui nous fait perdre de la lucidité. On est devenu fragile." Suite à l'élimination en huitième de finale face à la Suisse, "pouvoir repartir n'est pas évident, avoue le sélectionneur, car c'était un coup dur, mais j'avais la conviction au fond de moi qu'il y avait encore de belles choses à faire." 

Lire aussi

De "belles choses" qui se feront a priori avec Karim Benzema dans l'équipe, malgré sa condamnation à deux ans de prison avec sursis en novembre. "J'ai échangé avec lui. S'il fait appel, c'est qu'il trouve ça évidemment trop dur, trop sévère, voire plus. C'est son droit. Aujourd'hui, il est sélectionnable, c'est la position du président de la Fédération (française de football)."  En revanche, pour Olivier Giroud, Steve Mandanda et Moussa Sissoko, anciens tôliers des bleus mais pas sélectionnés lors des dernières trêves internationales,  l'avenir est plus sombre. "Aujourd'hui, ces trois joueurs-là sont toujours sélectionnables. Cela ne veut pas dire forcément sélectionnés, répond Didier Deschamps. On ne sait pas. à un moment, cela s'arrête. Il n'y a jamais le bon timing mais c'est comme ça."


La rédaction de LCI

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info