Mondial de handball : France-Suède, une demi-finale aux airs de revanche

Publié le 27 janvier 2023 à 9h00

Source : Sujet TF1 Info

L'équipe de France a battu l'Allemagne (35-28), mercredi 25 janvier, en quarts de finale des championnats du monde de handball.
À Stockholm ce vendredi (20h50, sur TF1), les Bleus vont retrouver une vieille connaissance dans le dernier carré : la Suède.
Un adversaire contre lequel les joueurs de Guillaume Gille se sont inclinés lors des deux précédents confrontations, à chaque fois en demi-finale.

Une bête noire... ou plutôt jaune et bleue. Malgré un début de match poussif, où elle a accusé jusqu'à 4 buts de retard, la France a dompté l'Allemagne mercredi (35-28), en quarts de finale des Mondiaux de handball. Les coéquipiers de Rémi Desbonnet, impérial dans les cages tricolores (14 arrêts sur 30 tirs subis), ont fait parler leur expérience pour se sortir du piège tendu par la Mannschaft. Pour leur cinquième participation de rang à un dernier carré mondial, les Bleus croisent le fer avec la Suède, qui a dominé l’Égypte (26-22).

Champions d'Europe en titre, les Scandinaves représentent un adversaire de choix, d'autant plus qu'ils évoluent à domicile pour l'occasion, dans une Tele2 Arena de Stockholm incandescente, où quelque 20.000 personnes sont attendues. L'équipe de France n'est, elle, arrivée sur place que jeudi, en milieu de journée, après avoir survolé la mer Baltique en provenance de Gdansk (Pologne). "C'est le jeu quand tu es le pays hôte, tu as des avantages. C'est sûr que ce n’est pas l’idéal au niveau des jours de repos, même si on n'est pas l'équipe la plus à plaindre", a reconnu Nikola Karabatic, le vétéran maître à jouer tricolore. 

Deux défaites douloureuses en deux ans

Ce facteur pourrait avoir son importance dans une confrontation qui s'annonce aussi indécise qu'équilibrée, ce vendredi (20h50, en direct sur TF1 et en live commenté sur TF1Info). Suédois et Français se connaissent, en tout cas, très bien puisqu'il s'agit de la troisième fois en trois ans qu'ils se rencontrent. Les joueurs de Guillaume Gille se sont inclinés contre leurs adversaires scandinaves, à chaque fois au stade des demi-finales (26-32 au Mondial 2021 et 33-34 à l'Euro 2022). Il y a tout juste un an, ces derniers en avaient d'ailleurs profité pour remporter leur premier titre depuis 2002. 

Nikola Karabatic contre la muraille jaune, en demi-finale de l'Euro 2021;
Nikola Karabatic contre la muraille jaune, en demi-finale de l'Euro 2021; - Attila KISBENEDEK / AFP

Impressionnante depuis le début du tournoi, la Suède n'a toujours pas perdu le moindre match. Même si l'adversité n'a pas été des plus relevées, les co-hôtes ont déroulé leur jeu, se montrant notamment intraitables sur le plan défensif. Toujours invaincus (6 victoires, 0 défaite), ils n'ont encaissé 30 points qu'à une seule reprise, contre le Portugal (32-30). Le quart de finale, tranquillement remporté 26-22 contre l'Égypte, a également été un modèle du genre. Mais l'attaque n'a pas non plus été en reste avec quelques cartons, dont un cinglant (47-12 contre un faible Uruguay). Gros point noir, pour son duel contre les Bleus, elle doit se passer de son maître à jouer, Jim Gottfridsson, qui s'est luxé l'index gauche contre l'Égypte. 

On n'a de comptes à régler avec personne
Nikola Karabatic

L'équipe de France s'est, elle aussi, montrée convaincante. Les champions olympiques ont dominé l'Espagne (28-26), dans un match certes sans enjeux, et donc l'Allemagne (35-28). Le groupe, savant mixe entre anciens toujours affamés et jeunes aux dents qui rayent le parquet, semble suffisamment qualitatif et profond pour briser la série noire contre la Suède. Quand bien même les incertitudes au poste d'arrière gauche demeurent nombreuses entre la main de Thibaud Briet, le pied de Nikola Karabatic ou encore la cheville d'Elohim Prandi.

Pour autant, les Bleus, qui rêvent d'une septième couronne mondiale, l'assurent : il n'est pas question de revanche. "On a de comptes à régler avec personne, c'est une nouvelle compétition. À nous de faire notre meilleur match, on n’a pas encore montré tout notre potentiel dans cette compétition", estime le vétéran Nikola Karabatic (1278 buts en 344 sélections). "Je n'aime pas trop le mot revanche, car chaque compétition a son histoire", abonde l'incontournable pivot, Ludovic Fabregas. "On a l'ambition d'aller plus loin", glisse-t-il. De son côté, le sélectionneur Guillaume Gille évoque un "challenge fantastique".

À quelques mois des Jeux Olympiques de Paris, une victoire permettrait aux Français de marquer les esprits. Et, peut-être, de retrouver d'autres Scandinaves, avec leurs grands rivaux danois - double champions du monde en titre -, confrontés à l'Espagne de l'autre côté du tableau.


Maxence GEVIN

Tout
TF1 Info