Le plus grand joueur de l'histoire du football est mort jeudi 29 novembre, à 82 ans à Sao Paulo.
Retour sur les principales dates de la vie du "Roi" Pelé.

23 octobre 1940 : Naissance d'Edson Arantes do Nascimento à Tres Coraçoes dans l'État du Minas Gerais (au nord de Rio de Janeiro), de parents pauvres, son père ayant notamment été un footballeur amateur. C'est trois ans après qu'il se voit affublé du surnom qui le suivra toute sa carrière de footballeur, et toute sa vie  : alors qu'il encourage un certain Bilé, gardien de but et ami de son père, Bilé devient "Pilé" dans la bouche de l'enfant, puis finalement Pelé. Sa famille l'appellera cependant toujours "Dico".

7 septembre 1956 : Pelé joue son premier match avec l'équipe première de Santos, où il suit Waldemar de Brito, l'entraîneur qui l'avait repéré et fait évoluer chez les juniors du Bauru AC. Il évoluera 18 années sous le maillot noir et blanc du Peixe ("poisson"). Dix mois plus tard, jour pour jour, il marque le premier de ses 77 buts avec la Seleçao, c'est en Copa America contre l'Argentine au Maracana. 

Quand le génie éclate

29 juin 1958 : Son génie éclate définitivement aux yeux du monde en finale du Mondial. Son doublé contre la Suède, pays-hôte, contribue au premier sacre des Auriverdes. Il n'a que 17 ans et accumule durant ce tournoi plusieurs records de précocité, dont ceux encore en vigueur du plus jeune joueur et buteur en finale.

19 novembre 1969 : le Brésil célèbre l'anniversaire de son drapeau, et Pelé celui de sa mère. Son cadeau ? Après trois Coupes du monde, un millième but en carrière !  Après ce penalty marqué contre Vasco de Gama, le Maracana est en folie, le match est interrompu pendant vingt minutes, le temps d'un interminable tour d'honneur.

21 juin 1970 : L'avènement du Roi. Après une pause de deux ans avec la sélection, après la déception du Mondial anglais, Pelé revient au sein de "la plus belle Seleçao de l'histoire" et effectue une prodigieuse Coupe du monde 1970. Ses gestes et ses buts sont inoubliables, parmi lesquels sa tête victorieuse en finale qui lance l'éclatant succès auriverde contre l'Italie (4-1). Plus encore que les deux précédents, ce troisième sacre est définitivement le sien.

Le football s'accroche à lui

18 juillet 1971 : Il prend sa retraite internationale à 30 ans, lors d'un match amical contre la Yougoslavie (2-2) au Maracana. Le pays l'implorera de revenir sur sa décision, en vain. Mais ce n'était pas sa dernière sur un terrain : quatre ans après, Pelé signe au New York Cosmos, à bientôt 35 ans. Son image participe à l'éphémère essor du "soccer" dans un pays où le football n'est qu'américain et se joue avec un ballon ovale.

1er octobre 1977 : Pelé met définitivement un terme à sa carrière et dispute son jubilé au Giants Stadium, la première période avec le Cosmos, la seconde avec Santos. Au total, les statistiques le créditent de 1 363 matches et 1 281 buts inscrits - record incluant des matches amicaux et homologués par la Fifa. 

Honneur sur honneur

1994-1998 : Pendant quatre ans, il occupe les fonctions de ministre des Sports. Il est le premier noir à accéder à un poste si élevé au Brésil.

1999 : Élu "Athlète du siècle" par le Comité international olympique. Un an plus tard, la Fifa le désigne "joueur du XXe siècle".

2014 : la Fifa lui remet un Ballon d'Or d'honneur, et le "Roi" écrase une larme. C'est une anomalie qui est ainsi corrigée car jusqu'en 1995, la distinction individuelle suprême remise par le magazine France Football ne concernait que les joueurs européens...

29 décembre 2022 : annonce de son décès à l'âge de 82 ans après "une défaillance de multiples organes".  Partout dans le monde, les hommages pleuvent, comme les larmes. Le Brésil décrète trois jours de deuil pour dire adieu à son "immortel". 


E.R avec AFP

Tout
TF1 Info