NBA : l'éclatante revanche des Spurs

Le service METRONEWS
Publié le 16 juin 2014 à 8h06
NBA : l'éclatante revanche des Spurs
L'essentiel

BASKET – San Antonio a été sacré dimanche champion NBA pour la cinquième fois de son histoire. Les Spurs de Tony Parker ont dominé de la tête et des épaules (4 victoires à 1) le double tenant du titre, Miami, qui cède sa couronne au terme d'une défaite fatale dans le match 5 (104-87). Kawhi Leonard a été nommé MVP des Finales.

Si près du but en 2013, San Antonio n'a pas laissé passer sa chance, un an plus tard. Et cette fois, il n'y a pas eu photo tant la machine collective des Spurs a maîtrisé son sujet pour s'adjuger le cinquième titre de champion NBA de l'histoire de la franchise texane. Après 1999, 2003, 2005 et 2007, les troupes de Gregg Popovich ont donc fait de 2014 leur année. Et avec panache, comme l'atteste le nouvel écart final conséquent du match 5, le dernier de la série, disputé dimanche : 17 points pour une victoire texane 104-87.

"Je n'ai pas les mots pour véritablement exprimer ce que je ressens. Je suis sûr que Tony Parker, Tim Duncan et Gregg Popovich sont dans le même état, a confié Manu Ginobili, membre historique du Big Three texan. L'an dernier, le coup a été dur à encaisser. On avait eu l'impression de toucher le trophée, mais qu'il s'était dérobé. Nous étions dégoûtés. Cette année, on a eu cette opportunité et on ne l'a pas laissée filer."

"La cerise sur le gâteau"

Pour sa dernière sortie devant son public, San Antonio a renversé le Heat, qui a pourtant pris le meilleur départ. Dans le sillage de LeBron James, auteur de 17 de ses 31 points dans le premier quart-temps, Miami menait 22-6 en début de match. Problème, la mécanique floridienne s'est ensuite enrayée et les Spurs ont en profité à plein. Le double champion en titre n'a, par exemple, inscrit que 11 points dans le deuxième quart-temps. Insuffisant face à un collectif parfaitement huilé dans lequel Kawhi Leonard (22 points, 10 rebonds) s'est illustré au point d'être nommé MVP de ces Finales.

"Ils ont joué un basket exquis dans cette série et en particulier lors des trois derniers matches. C'est la meilleure équipe, il n'y a pas d'autre façon de dire les choses, a reconnu, fair-play, Erik Spoelstra, l'entraîneur du Heat. Ils ont joué un basket formidable, et nous n'avons pas su répondre." Dans les rangs des champions, la joie est évidemment de mise, notamment chez les Frenchies Tony Parker (16 points) et Boris Diaw (5 points, 9 rebonds, 6 passes). "C'est mon plus beau titre", a lâché le meneur français, sacré pour la quatrième fois en NBA à 32 ans. "C'est la cerise sur le gâteau", a estimé de son côté le capitaine de l'équipe de France, symbole de l'altruisme et de l'abnégation triomphants d'une franchise logiquement couronnée.