NÉGOCIATION - Le président serbe, Aleksandar Vucic, a haussé le ton ce jeudi contre l'Australie, tandis que Novak Djokovic passe sa deuxième nuit dans un centre de rétention de Melbourne après l'annulation de son visa.

En attendant que le sort de Novak Djokovic soit fixé lundi prochain, le président de la Serbie, Aleksandar Vucic, a dénoncé ce jeudi "une chasse politique" de l'Australie à son encontre. A l'origine de ces propos ? L'annulation du visa du sportif ce mercredi par les autorités australiennes en raison de son statut vaccinal contre le Covid-19 jugé non valide.

"Ce qui n'est pas fair-play, c'est la chasse politique (contre Djokovic, ndlr) à laquelle participent tous, à partir du Premier ministre d'Australie, prétendant que les règles sont valables pour tous", a-t-il déclaré.

Aussi, les autorités serbes font "tout leur possible" pour aider Djokovic, a ajouté le chef de l'Etat, précisant que Belgrade a contacté à deux reprises l'ambassadeur d'Australie en Serbie ainsi que que la Première ministre, Ana Brnabic, qui doit s'entretenir avec une haute responsable du ministère australien de l'Immigration et des Frontières.

Je crains que cet acharnement (...) se poursuive.
Président serbe, Aleksandar Vucic

A cette occasion, Belgrade entend demander aux autorités australiennes de permettre à Djokovic de loger dans la maison qu'il avait louée pour l'Open d'Australie et non dans l'hôtel qui lui sert de centre de rétention, où il se trouve actuellement, qualifié par le président Vucic "d'infâme au sens propre du terme". "Je crains que cette sorte d'acharnement politique sur Novak se poursuive, car quand vous ne pouvez pas vaincre quelqu'un alors vous vous tournez vers ce genre de choses", redoute-t-il.

Le ministère des Affaires étrangères serbe a ensuite précisé, dans un communiqué publié ce jeudi, avoir exprimé une "protestation orale" à l'ambassadeur d'Australie à Belgrade en raison du "traitement inapproprié" auquel Djokovic a été exposé : "Novak Djokovic n'est ni un criminel, ni un terroriste, ni un migrant illégal, mais il a été traité de la sorte par les autorités australiennes, ce qui provoque l'indignation de ses supporters et des citoyens de la Serbie."

Djokovic, qui entretient le mystère sur son statut vaccinal par rapport au Covid-19, a été refoulé mercredi soir à son arrivée à Melbourne où il comptait participer à l'Open d'Australie de tennis (17-30 janvier). Depuis, des centaines de personnes se sont réunies à Belgrade, après l'appel de son père, dans le but de soutenir le numéro mondial de tennis, star dans son pays natal.


Léa LUCAS avec AFP

Tout
TF1 Info