L'info passée au crible

Open d'Australie : les effets du vaccin ont-ils vraiment forcé trois joueurs à abandonner ?

Yohan ROBLIN
Publié le 20 janvier 2022 à 15h52, mis à jour le 20 janvier 2022 à 16h42
Nick Kyrgios sur les courts de l'Open d'Australie, le 20 janvier 2022.

Nick Kyrgios sur les courts de l'Open d'Australie, le 20 janvier 2022.

Source : WILLIAM WEST / AFP

ANTIVAX - En pleine affaire Novak Djokovic, expulsé car non vacciné, l'Open d'Australie aurait vu au moins trois joueurs vaccinés souffrir de difficultés respiratoires. Ces derniers auraient été obligés de renoncer à participer au tournoi du Grand Chelem. C'est ce que suggèrent plusieurs publications virales. C'est faux.

"Injection expérimentale forcée (à l')Open d'Australie : trois joueurs abandonnent pour des problèmes respiratoires." En marge de la saga Novak Djokovic, non-vacciné et expulsé après l'annulation de son visa, alors qu'il comptait participer à la première levée du Grand Chelem de la saison, le mouvement antivax tente de jeter le discrédit sur la vaccination. Plusieurs opposants au vaccin contre le Covid-19 relaient un article mis en ligne, le 10 janvier, sur le site marginal Free West Media, qui affirme avoir "pour objectif de présenter une couverture quotidienne large et impartiale de l'actualité européenne et mondiale".

Cette publication virale assure qu'une joueuse, Dalila Jakupovic, et deux autres joueurs, Nikoloz Basilashvili et Nick Kyrgios, auraient été pris de malaises ou de difficultés respiratoires. L'article, intitulé "Trois joueurs abandonnent l'Open d'Australie avec des douleurs à la poitrine pendant que Djokovic attend son sort", établit un lien entre ces abandons forcés et le fait qu'ils présentent, tous les trois, un schéma vaccinal complet. Un papier largement partagé, d'abord en Australie avant de se propager à travers le monde dans les milieux antivax, convaincus que le vaccin est à l'origine de ces retraits contraints. 

Or, il s'avère, après vérifications, qu'il s'agit de fausses informations. Il est affirmé, à tort, que Nikoloz Basilashvili a déclaré forfait à l'Open d'Australie, après avoir été vu "serrant la poitrine après des difficultés respiratoires". S'il a effectivement abandonné, ce n'était pas à Melbourne, mais lors d'un autre tournoi préparatoire, l'ATP Cup, le 5 janvier, à Sydney. Une vidéo montre le Géorgien, ayant des difficultés à respirer, faire appel à une assistance médicale. Il fait signe de la main que quelque chose le dérange au niveau de la poitrine. Pris en charge, il jette finalement l'éponge, peu de temps après. 

La cause de cet essoufflement serait un symptôme post-Covid, selon sa mère Natalia Nachkebia, contactée par le quotidien géorgien Ambebi. Le 23e joueur mondial, et non 22e, comme indiqué dans les publications antivax, a contracté la maladie quelques semaines avant de se rendre en Australie. "Il va mieux maintenant", précisait-elle le 9 janvier. Preuve en est : il a participté à l'Open d'Australie, en allant à chaque fois au bout de ses matchs. Le 18 janvier, il s'est incliné en quatre heures face à Andy Murray (6-1, 3-6, 6-4, 6-7, 6-4). Le lendemain, le 19, il a joué et perdu en double au côté de Miomir Kecmanovic.

Une vidéo de janvier 2020 détournée

Autre joueur visé par les antivax : Nick Kyrgios. Selon eux, il s'est retiré de l'Open d'Australie, quelques heures seulement avant son entrée sur les courts. C'est faux. Avant d'être testé positif au Covid le 10 janvier, l'Australien a renoncé, non pas à l'OA mais, à l'ATP 250 de Melbourne, le 4 janvier. La cause ? Un problème d'asthme. Rien à voir avec le vaccin, donc. Remis à temps, il a pu prendre part au premier tournoi du Grand Chelem. Il a joué à Melbourne les 18, 19 et 20 janvier. Le 115e joueur à l'ATP (et non pas 93e, comme mentionné) a même fait le show. Pour fêter sa première victoire depuis juillet 2021, il a bu une gorgée de bière dans le verre d'un spectateur. Là encore, il est erroné de dire qu'il a abandonné pour d'effets secondaires liés au vaccin.

En ce qui concerne Dalila Jakupovic, la vérité réside dans les dates. La Slovène, 314e joueuse (et non 180e) au classement WTA, a abandonné au premier tour des qualifications de l'Open d'Australie... en janvier 2020. À l'époque, elle s'était effondrée au sol, prise de quintes de toux, en raison de la très mauvaise qualité de l'air, intoxiqué par les incendies sévissant dans le pays.

À cette période, les vaccins n'étaient pas encore disponibles. Sachant cela, la théorie établissant un lien avec son abandon ne tient plus. Enfin, et c'est l'argument le plus parlant, Dalila Jakupovic ne participe pas à l'Open d'Australie cette année.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Yohan ROBLIN

Tout
TF1 Info