Novak Djokovic à l'Open d'Australie, une saga pour un visa

Open d'Australie : "Je suis extrêmement déçu", fin de partie pour Novak Djokovic finalement expulsé

A. LG
Publié le 16 janvier 2022 à 8h10, mis à jour le 16 janvier 2022 à 14h50
JT Perso

Source : JT 13h WE

EPILOGUE - La Cour fédérale d'Australie à Melbourne a rejeté dimanche, à la veille des premiers coups de raquette de l'Open d'Australie, le recours du numéro un mondial de tennis contre son expulsion du pays.

Le verdict est tombé. Alors que l'ultime bataille judiciaire entre Novak Djokovic et le gouvernement australien, qui soutient que le Serbe non-vacciné contre le Covid-19 constitue un "risque sanitaire", s'est tenue dimanche devant la Cour fédérale d'Australie à Melbourne, ce dernier a vu le recours contre l'annulation de son visa et son expulsion du pays rejeté.

"La Cour ordonne que le recours soit rejeté aux frais du demandeur", affirme la décision approuvée à l'unanimité par les trois juges, à la veille du début de l'Open d'Australie au cours duquel le numéro un mondial de tennis comptait briguer un 21e titre record en Grand Chelem.

"Troubles civils"

L'audience en référé, qui a duré quatre heures, devait décider si le joueur doit être immédiatement renvoyé chez lui et interdit de territoire australien pendant trois ans, ou si au contraire il peut disputer le tournoi. Autorisé à quitter le centre de rétention où il a été placé samedi, Djokovic l'a suivi en ligne depuis les bureaux de ses avocats. Ces derniers ont qualifié devant la cour le placement en rétention de leur client et sa possible expulsion d'"illogiques", "irrationnelles" et "déraisonnables".

Dans ses conclusions déposées samedi devant la Cour, le ministre de l'Immigration Alex Hawke a de son côté soutenu que la présence du champion dans le pays encourage "le sentiment anti-vaccination" et pourrait dissuader les Australiens de se faire injecter leurs doses de rappel, alors que le variant Omicron se répand à grande vitesse dans le pays. Elle pourrait même "entraîner une recrudescence des troubles civils", a ajouté le ministre, estimant que son "mépris" passé des règles sanitaires contre le Covid constitue un mauvais exemple.

Djokovic "extrêmement déçu"

L'intéressé s'est dit ce dimanche "extrêmement déçu" par la décision de la Cour sur son expulsion, dans un communiqué. Le numéro 1 mondial du tennis a cependant affirmé dans un communiqué dimanche qu'il respectait le verdict et s'apprêtait à quitter le pays, donc sans disputer l'Open d'Australie.

Décision pratiquement impossible à contester

La décision prise par les trois juges de la Cour fédérale est en théorie impossible à contester tant par le gouvernement australien que par Djokovic obligé de quitter immédiatement l'Australie avec de possibles répercussions à long terme pour sa carrière. Dimanche après l'audience, Djokovic a été reconduit au Park Hotel, l'austère centre de rétention pour étrangers en situation irrégulière désormais mondialement célèbre, qu'il ne devrait désormais plus quitter que pour embarquer dans l'avion qui le ramènera chez lui.

Il s'agit de la deuxième procédure d'expulsion contre le Serbe qui avait été bloqué à son arrivée en Australie le 5 janvier et placé une première fois en rétention administrative. Dans un communiqué publié mercredi, le tennisman avait admis avoir rempli de manière incorrecte sa déclaration d'entrée en Australie.


A. LG

Tout
TF1 Info