Open d'Australie : pas d'expulsion immédiate, Novak Djokovic de retour en rétention samedi ?

Publié le 14 janvier 2022 à 12h32, mis à jour le 14 janvier 2022 à 14h28

Source : TF1 Info

EN SUSPENS - Sans visa australien après une nouvelle annulation, Novak Djokovic a vu sa tête être sauvée provisoirement, à l'issue d'une audience en urgence, vendredi 14 janvier. Le numéro 1 mondial, assuré de ne pas être expulsé du pays avant que la procédure soit terminée, risque de retourner en centre de détention à partir de samedi.

Nouveau sursis pour Novak Djokovic. À nouveau sans visa australien, après l'annulation actée par le ministre de l'Immigration Alex Hawke, qui a exercé son pouvoir discrétionnaire "pour des raisons de santé et de bon ordre", le Serbe ne sera expulsé immédiatement d'Australie. À l'issue d'une audience en référée, qui s'est tenue en urgence, vendredi 14 janvier, les autorités locales ont accepté de surseoir au renvoi du numéro 1 mondial jusqu'à ce que la justice australienne ait statué sur son cas.

À cette heure, "Nole" n'a pas été replacé en détention. Toutefois, cela ne devrait pas durer. Convoqué par les bureaux de l'immigration, samedi 15 janvier, à 8 heures, pour un interrogatoire, il ne devrait pas ressortir libre dans cet entretien. Stephen Lloyd, l'avocat du ministre de l'Immigration qui a annulé le vis, a indiqué que les autorités comptaient ensuite le placer de nouveau en rétention, contrairement à la requête des avocats de "Djoko", qui réclament qu'il soit libre de ses allées et venues jusqu'à la fin de la procédure.

Avant la prochaine audience, prévue dimanche 16 janvier, devant la Cour fédérale, qui a récupéré l'affaire après que le juge Anthony Kelly s'est dessaisi à son profit, le gouvernement souhaite limiter les libertés du joueur de 34 ans. En somme, Novak Djokovic ne pourra sortir de détention que pour assister, dans les bureaux de ses avocats et sous la surveillance d'agents de la police aux frontières, aux audiences en ligne. 

Le lieu de rétention doit être désigné, après une concertation entre les représentants de l'État australien et l'équipe juridique du numéro 1 mondial. Il pourrait être renvoyé au Park Hotel de Carlton, où il avait séjourné avec des réfugiés, suite à la première annulation de son visa. Il y avait séjourné cinq jours, jusqu'à sa remise en liberté, lundi 10 janvier. Cela aurait alors tout l'air d'un retour à la case départ pour "Nole".


Yohan ROBLIN

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info