Paris sportifs suspects : à la barre, Nikola Karabatic assure toujours être "étranger" à toute cette affaire

La rédaction de LCI, avec AFP
Publié le 24 novembre 2016 à 13h24
Paris sportifs suspects : à la barre, Nikola Karabatic assure toujours être "étranger" à toute cette affaire

Source : PASCAL GUYOT / AFP

HANDBALL - Depuis lundi s'est ouvert à Montpellier le procès en appel de ces paris suspects opérés en 2012 lors du match Cesson-Montpellier. Ce jeudi, ce sont les frères Karabatic (Nikola et Luka) qui étaient entendus, au lendemain de leur victoire, côté terrain, avec le PSG sur... Montpellier.

Il n'a pas changé de ligne de défense. Condamné à 10.000 euros d'amende pour escroquerie en première instance, Nikola Karabatic continue d'expliquer qu'il n'est pour rien dans cette affaire. Répétant être "étranger à tous ces paris" et avoir été "très contrarié" d'apprendre que sa compagne (Géraldine Pillet) et son frère Luka avaient misé sur ce fameux match supposé truqué, le champion s'est longtemps défendu ce jeudi matin. "Si je résume votre position, vous êtes victime dans cette affaire ?", a alors ironisé à son adresse Bertrand Boulenne, le représentant du ministère public, pressant de question l'aîné des Karabatic : "Vous vous présentez aujourd'hui comme le grand témoin de ce naufrage or vous êtes quand même prévenu ici !". 

Très calme, l'icône du hand français a expliqué avoir "appris" que sa compagne Géraldine Pillet, qui avait soutenu la même version la veille, avait misé 1.500 euros contre son équipe de Montpellier "dans la journée" du match ou le lendemain. "J'étais très énervé et contrarié, je ne parie pas sur mon sport ou sur le sport en général", a-t-il assuré. En handball, "l'expert c'est vous, ce n'est pas Madame Pillet !", a relèvé le président Georges Leroux. "Elle n'avait pas besoin de mes conseils, elle avait déjà l'aval de Luka", rétorque Nikola Karabatic : "Que mon frère parie, c'était pour moi plus grave car il est joueur et a une interdiction de parier".

Que mon frère parie, c'était pour moi plus grave car il est joueur et a une interdiction de parier"

Nikola Karabatic

Interrogé par la cour sur le fait qu'il ne s'était pas ensuite opposé aux retraits des gains des paris effectués par son frère et sa compagne, Nikola Karabatic se contente de répondre : "Je ne peux pas interdire à ma compagne et à mon frère de faire quoi que ce soit et de retirer les gains". "C'est interdit de parier pour les joueurs mais ce n'est pas un crime pénal, a-t-il poursuivi. Les sportifs encourent une peine disciplinaire".  Celui qui fut sacré deux fois meilleur joueur du monde (2007 et 2014) a aussi tenté de donner des explications aux éléments pouvant l'incriminer. Le retrait de 1.500 euros effectué le 9 mai 2012, trois jours avant que sa compagne n'effectue précisément cette mise ? Il devait servir à payer des vacances prises avec Mme Pillet début juin à Ibiza. "Nous sommes quand même à une certaine distance de ce voyage",  a taclé le président.

Son frère assume...

C'est selon Nikola Karabatic également sa compagne qui a téléchargé sur le portable du champion l'application "Parions sport" et l'a consultée à plusieurs reprises sans qu'il ne s'en aperçoive : "Sur nos téléphones il y a quatre pages d'application, je ne sais même pas lesquelles j'ai". Concernant des géolocalisations qui le placent systématiquement à proximité des parieurs et de ceux qui retirent des gains, il met en avant le fait que ce sont des "proches" : "Je ne suis jamais entré dans un bureau de tabac pour parier ou retirer des gains", a-t-il encore martèlé. Se disant "très attristé que le handball ait pu avoir une mauvaise image à cause de cette affaire là", il a pourtant assuré que son sport avait depuis "rebondi".  A la barre, son frère Luka Karabatic évoque de son côté à propos des paris qu'il a effectués une "bêtise d'un jeune joueur", expliquant avoir pris cette décision "comme un grand garçon", sans consulter ou informer son aîné. 


La rédaction de LCI, avec AFP

Tout
TF1 Info