SUCCESSION – Après un long exil forcé sur le côté, dans l’ombre du roi Zlatan Ibrahimovic, Edinson Cavani devient, cette saison, l’attaquant de pointe titulaire du Paris Saint-Germain. Ce qu’il considère comme "un honneur". Au point d’envisager autrement son avenir désormais.

La voie est libre ! Le gros chat est parti ! La souris peut danser ! On jurerait même, d’ailleurs, que, tout à sa joie, elle fait carrément des claquettes, après trois longues années passées à renâcler le long de la ligne de touche, parfois même pour grignoter des ballons près de sa surface, dans une position d’arrière latéral qui ne disait pas son nom, jurant avec le n°9 floqué sur son dos. Voilà, c’est fini. Zlatan Ibrahimovic est à Manchester, où il s’est approprié ce chiffre sans demander son avis à son détenteur, Anthony Martial. Et Edinson Cavani, lui, est resté à Paris, pour s’emparer enfin totalement de l’axe de l’attaque. Ce n’était pas si évident, au regard des envies de départ longtemps exprimées, par dépit, par l’attaquant uruguayen. Ce mercredi, dans les colonnes de L’Équipe, il exprime son ressenti, entre sérénité et soulagement. Et avec l’envie de voir plus loin que la saison qui débute.

Edinson Cavani : "Oui, j'ai envie de rester au PSG"

"C'est un grand défi qui se présente à moi de faire partie de l'attaque du PSG à ce poste axial. J'essaierai d'être à mon maximum et de répondre aux attentes, comme j'ai essayé de le faire les années précédentes. Avec la confiance du coach et du club, j'espère que tout se passera comme on le souhaite tous. Je ne suis pas le numéro 1 de l'attaque, mais l'attaquant pour lequel le club avait fait un gros investissement (64 millions d’euros en 2013, ndlr) et dont la position avait changé, pour différentes raisons... La pression ? Non. Chaque footballeur possède sa manière de jouer. Je n'ai aucune pression. Ce qui se présente à moi, c'est un défi personnel, afin de donner le meilleur de moi-même, de gagner des titres, de marquer des buts pour mon équipe et de l'aider quand elle en aura besoin. C'est le contraire de la pression. Pour moi, c'est un honneur d'être l'un des attaquants du PSG", lâche-t-il ainsi, avec ce sempiternel souci de se fondre dans le collectif.

EN SAVOIR + >>  Depuis trois saisons, Edinson Cavani avoue qu'il ne se régale pas au PSG

La question de la prolongation de son contrat, expirant dans deux ans, lui a ensuite été posée. Et El Matador n’a pas voulu en dire trop, signe que des discussions sont en cours. "Je crois que le club...", s’est-il interrompu. Avant de s’efforcer de ne parler que pour lui : "Oui, j’ai envie de rester ici. Quand le club m’a recruté, il m’a présenté un projet. J’avais très envie d’en faire partie. Il me reste deux années de contrat. C’est au PSG de dire si je dois prolonger ou pas."Peut-être ses dirigeants voudront-ils attendre quelques mois, le temps de voir comment il assumera cette nouvelle charge. Car, comme le dit Edinson Cavani dans un élan de sagesse, au moment d’évoquer son nouvel entraîneur, Unai Emery, "on verra comment ça se passe par la suite, parce qu'on sait tous que ce sont les résultats qui apportent calme et sérénité". La confiance règne. Et ce n'est pas, ici, une formule ironique.


Hamza HIZZIR

Tout
TF1 Info